samedi, juin 15, 2024
InternationalNationalsport

Le méga stade de Casablanca pour la finale du Mondial 2030 ?

Le méga stade de Casablanca pour la finale du Mondial 2030 ?

Des représentants marocains sont actuellement en Espagne pour introduire le projet du gigantesque stade de Casablanca, censé accueillir la finale de la Coupe du Monde 2030. Le Maroc est en confrontation directe avec l’Espagne pour l’organisation de la finale de cette compétition sportive majeure. 

Une délégation marocaine conséquente, incluant des responsables du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville (sous le contrôle de la ministre Fatima Zahra Mansouri), de hauts fonctionnaires au sein du ministère des investissements, des architectes et ingénieurs, ainsi qu’une holding avec participation étatique, dont le nom n’a pas été révélé, sont tous à Barcelone pour promouvoir l’offre marocaine, selon des sources proches du média espagnol El Español.

Les membres de cette délégation sont en Espagne pour le salon Construmat, l’un des principaux salons du bâtiment en Espagne avec le Maroc comme pays invité, pour introduire le projet de super stade que le pays a l’intention de construire à Casablanca.

Le Maroc envisage de construire dans les 6 prochaines années le plus grand stade du monde en termes de capacité d’accueil (avant le stade du Premier Mai de Pyongyang, en Corée du Nord, d’une capacité de 114 000 places), et le plus grand stade d’Afrique dans le but de remporter l’organisation de la finale de la Coupe du Monde.

Le Maroc, qui mise gros pour cette opportunité, aspire ardemment et résolument à être sélectionné pour organiser cet événement sportif majeur, ayant déjà postulé à plusieurs reprises.

La délégation marocaine à Barcelone a pour mission non seulement de démontrer sa capacité à organiser un tel évènement, mais aussi de persuader des investisseurs à soutenir ce grand stade qui pourrait éventuellement être construit en totalité ou en partie par des entreprises espagnoles, profitant de l’amélioration des relations entre les deux pays.

Le Maroc exposera par ailleurs toute son infrastructure, incluant les routes, les liaisons ferroviaires, les aéroports ainsi que les établissements touristiques.

Alors que les lieux de la Coupe du monde ne seront annoncés qu’en 2026, soit 4 ans avant le début de la compétition, le Maroc a beaucoup à faire pour démarrer les constructions et progresser dans son projet afin de convaincre la FIFA.

Pour le moment, seuls le Maroc et l’Espagne sont dans la course pour l’organisation de la finale. Le Portugal a renoncé, n’ayant pas de stade de 80.000 places, comme requis pour une finale.

Le plus grand stade du Portugal, l’Estadio de la Luz à Lisbonne, ne compte que 64.642 places, ce qui est insuffisant.

António Laranjo, le coordinateur de la candidature portugaise, a déclaré que le Portugal ne sera pas le pays organisateur de cette finale. Il ne reste donc que le Maroc avec un projet de stade de 115.000 spectateurs et l’Espagne qui dispose déjà de deux stades d’une capacité conforme aux demandes de la FIFA, à savoir le Camp Nou, en rénovation, qui pourrait accueillir 104.600 spectateurs d’ici 2025, et le Santiago Bernabéu, fraîchement rénové, pouvant accueillir 84.744 spectateurs.

Les récents scandales financiers, de corruption, de blanchiment d’argent et de conflits d’intérêts impliquant la Fédération espagnole de football (RFEF) pourraient nuire à l’image et à la crédibilité du dossier espagnol, favorisant ainsi le dossier marocain. Pour l’instant, les deux candidatures semblent être les favorites pour l’accueil de cette finale. Le progrès d’avancement des travaux pour construire le méga stade de Casablanca jouera sans doute un rôle déterminant dans le choix final.




À lire aussi :

Mondial 2030 : le Grand stade de Casablanca inquiète en Espagne