mercredi, juin 12, 2024
Faits diversNational

Anti-terrorisme : arrestation de 4 personnes âgées de 21 à 41 ans

Anti-terrorisme : arrestation de 4 personnes âgées de 21 à 41 ans

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire du Maroc (DGST) a interpellé, jeudi quatre individus partisans du groupe terroriste Daech pour leur implication présumée dans la préparation de l’exécution de plans terroristes visant à porter gravement atteinte à l’ordre public.


Les éléments des Forces spéciales relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire du Maroc ont engagé les procédures d’intervention et d’interpellation, dans le cadre d’opérations séparées et simultanées ayant ciblé les suspects, âgés de 21 à 41 ans, dans les villes de Salé, Tanger et Tétouan, indique un communiqué du Bureau central d’investigations judiciaires.


Les perquisitions menées aux domiciles des mis en cause ont permis la saisie de matériels électroniques et d’armes blanches de différentes tailles, ainsi que d’un étendard de Daech en tissu et d’un ensemble de manuscrits à caractère extrémiste. Il s’agit notamment du texte d' »allégeance » à ce groupe terroriste, outre des publications sur les « opérations-martyres » et le mode de fabrication et de montage d’engins explosifs.


Selon les données préliminaires de l’enquête, les suspects, qui se sont imprégnés de l’idéologie extrémiste de Daech et ont déclaré leur allégeance au soi-disant « émir » de cette organisation, ont été en train de planifier des projets terroristes extrêmement dangereux ciblant des installations vitales et sensibles au Maroc, poursuit le communiqué, ajoutant que les mis en cause ont adhéré, de manière effective, à la préparation de ces plans en observant et en identifiant les cibles.


L’enquête a démontré que les suspects, qui ont acquis une expertise dans le domaine de la fabrication d’engins explosifs, ont tissé des liens avec des dirigeants de Daech s’activant à l’étranger, afin qu’ils appuient et revendiquent leurs projets subversifs immédiatement après leur perpétration dans le pays.


Les mis en cause ont été placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête menée par le Bureau central d’investigations judiciaires sous la supervision du parquet en charge des affaires de terrorisme et d’extrémisme, en vue d’identifier tous leurs plans et projets terroristes et d’élucider les éventuelles ramifications avec les autres organisations terroristes à l’étranger.