jeudi, mai 30, 2024
Faits diversInternationalNationalSociété

Algérie : une arrestation inutile pour une tiktokeuse marocaine

ALGÉRIE : UNE ARRESTATION INUTILE POUR UNE TIKTOKEUSE MAROCAINE

Lors d’un voyage touristique en Algérie, une célèbre influenceuse marocaine a été soumise à une série de mesures répressives. Tout a commencé par son arrestation, suivie d’un long et pénible interrogatoire, puis elle a été placée en garde à vue avant d’être incarcérée. Les autorités algériennes lui reprochent d’avoir collaboré avec le blogueur et opposant algérien, Amir Dz, connu pour avoir obtenu l’asile politique en France.

La tiktokeuse marocaine, nommée Shainaa, a relaté les événements lors d’un récent direct : « J’ai été appréhendée principalement en raison de ma participation à des diffusions en direct avec lui pour des défis TikTok. Ils ont saisi mon téléphone pour examiner notre relation, les sujets que nous avons abordés, notamment ceux concernant l’Algérie. À ce jour, mon téléphone ne m’a pas été restitué. Et lorsqu’ils n’ont rien trouvé de compromettant, ils m’ont rendu mon passeport en s’excusant. »

L’influenceuse marocaine a également été questionnée sur ses échanges avec un autre tiktokeur algérien, Kamal Dhm, portant notamment sur les pénuries d’eau en Algérie.

Amir Dz, de son côté, a exprimé son indignation face à cette affaire : « Est-il concevable que les services de renseignement algériens arrêtent et incarcèrent une Marocaine simplement pour avoir participé à une diffusion en direct avec moi, sans aucune implication politique ? »

Amir Dz est une figure emblématique du mouvement de contestation populaire du Hirak, ayant appelé au refus du cinquième mandat de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika en février 2019. Depuis lors, il est dans le viseur des autorités algériennes. La justice de ce pays a émis neuf mandats d’arrêt internationaux à son encontre, sept pour des condamnations en Algérie pour divers délits et deux pour des accusations de terrorisme.

En 2022, la justice française a rejeté une demande d’extradition d’Amir Dz vers l’Algérie, lui accordant ainsi l’asile politique sur son territoire.




À lire aussi :

Pourquoi les Marocains doivent éviter d’aller en Algérie