jeudi, février 22, 2024
Faits diversNationalSociété

Berkane: une bande de malfaiteurs dirigée par une jeune femme

Spread the love

SÉQUESTRATION ET DEMANDE DE RANÇON: UNE BANDE DE MALFAITEURS DIRIGÉE PAR UNE JEUNE FEMME À BERKANE

Les forces de police judiciaire d’Oujda, en collaboration étroite avec leurs homologues de Berkane, sont actuellement mobilisées de manière intensive dans le but de démanteler un réseau criminel spécialisé dans des actes d’enlèvement, de séquestration et de demandes de rançon. Sous la direction d’une femme, ce groupe criminel a élu pour cible principale les automobilistes.

Selon les informations relayées par le journal Assabah le 7 décembre, les enquêteurs suivent une piste précise qui leur a permis d’identifier certains membres de cette organisation. Les premières investigations indiquent que la cheffe du groupe cible spécifiquement des automobilistes, attirant leur attention lorsqu’ils sont stationnés dans des endroits isolés ou lorsqu’ils pratiquent le covoiturage.

À ce stade, deux complices interviennent de manière violente pour agresser le conducteur. Par la suite, la victime est contrainte de se rendre dans un lieu isolé où elle est séquestrée, et elle est soumise à des menaces afin de forcer ses proches à verser une rançon pour sa libération.

Des sources provenant d’Assabah révèlent que les suspects opèrent de manière organisée, divisés en deux équipes distinctes. La première est chargée de l’opération d’enlèvement, tandis que la seconde, composée de deux individus, est responsable de recevoir la rançon en se déplaçant à moto.

La dernière opération des criminels a eu lieu samedi dernier à Berkane, ciblant un homme dans sa voiture stationnée sur le boulevard Mohammed V. La cheffe du groupe s’est approchée de lui en feignant de demander un renseignement. Lorsque le conducteur a baissé la vitre pour répondre, deux complices sont intervenus en pénétrant dans la voiture avec la femme pour le menacer à l’aide d’une arme blanche.

Le quotidien Assabah souligne que les malfaiteurs ont contraint la victime à se rendre en périphérie de la ville, choisissant un lieu isolé pour la séquestrer, la violenter et exiger une rançon de sa famille.

Malgré les déclarations de la victime affirmant ne pas disposer d’argent en raison d’une crise financière, les criminels ont continué à exercer des violences. Ils lui ont ordonné de contacter son frère afin d’obtenir l’argent exigé, à remettre à un individu qui le contacterait pour fixer le lieu de la transaction.

Le frère de la victime a réussi à rassembler 2000 dirhams, somme remise aux deux criminels masqués. Une fois assurés du versement de l’argent, les suspects ont libéré la victime avant de quitter les lieux.