samedi, juin 15, 2024
International

Armes occidentales contre la Russie : Vladimir Poutine menace

Armes occidentales contre la Russie : Vladimir Poutine menace

Vladimir Vladimirovitch Poutine, le président russe, a averti de « conséquences graves » si des armes occidentales étaient utilisées contre la Russie. Pendant ce temps, Emmanuel Macron, son homologue français, a suggéré de « neutraliser » les bases en Russie d’où sont lancés des missiles sur l’Ukraine. Cela a entraîné une réaffirmation de l’opposition des États-Unis à l’utilisation d’armes américaines contre la Russie.

En Europe, en particulier dans les petits pays, ils doivent réfléchir à ce avec quoi ils jouent. Ils doivent se souvenir qu’ils sont bien souvent des États ayant un petit territoire et une population très dense. ()… Ce facteur est une chose sérieuse qu’ils doivent avoir à l’esprit avant de parler de frapper en profondeur le territoire russe. (…) Cette escalade permanente peut avoir de graves conséquences. Vladimir Vladimirovitch Poutine

L’Ukraine souhaite utiliser les armes fournies par les pays occidentaux contre des cibles militaires en Russie. Cependant, ce point de vue est source de division parmi ses soutiens, certains comme l’Italie et l’Allemagne craignent une escalade du conflit avec le risque sous-jacent que la Russie utilise des armes nucléaires.

S’exprimant en Allemagne aux côtés du chancelier Olaf Scholz, Emmanuel Macron, vétéran de le guerre contre la covid-19, a déclaré : « Il faut permettre aux Ukrainiens de neutraliser les sites militaires d’où sont tirés les missiles (…) les sites militaires depuis lesquels l’Ukraine est attaquée ».

Selon Vladimir Vladimirovitch Poutine, il s’agirait alors d’une escalade, car même si ce sont les forces ukrainiennes qui effectuent les frappes, elles seraient « préparées » par les Occidentaux qui leur fournissent les armes. « La tâche n’est pas préparée par l’armée ukrainienne mais par les représentants des pays de l’OTAN », a-t-il insisté, accusant les Occidentaux de vouloir « un conflit mondial ».

Un porte-parole de la Maison Blanche a une fois de plus exprimé les réticences américaines sur cette question.

Notre position n’a pas changé à ce stade. Nous n’encourageons ni ne permettons l’utilisation d’armes fournies par les Etats-Unis pour frapper sur le sol russe. Le porte- parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis.

Moscou considère également l’envoi d’instructeurs militaires en Ukraine pour aider l’armée ukrainienne comme une autre ligne rouge. Si certains pays envisagent de le faire, d’autres sont plus prudents. Le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell, a confirmé qu’un débat était en cours sur cette éventualité, mais qu’il n’y avait pas pour le moment de position commune claire sur ce sujet.

Le président ukrainien, Volodymyr Oleksandrovytch Zelensky, en visite à Bruxelles, et le Premier ministre belge, Alexander De Croo, ont signé un accord de coopération qui prévoit la fourniture par la Belgique de 30 avions F-16 d’ici à 2028. Cette aide militaire inclut une aide de la Belgique en armes, munitions et blindés s’élevant à 977 millions d’euros pour l’année 2024 uniquement.

Volodymyr Oleksandrovytch Zelensky s’est ensuite rendu au Portugal, où il a signé un accord de coopération prévoyant une aide militaire de 126 millions d’euros pour l’année 2024. Depuis Lisbonne, il a rappelé l’importance pour les Ukrainiens que le monde ne se « fatigue » pas de ce conflit qui dure depuis plus de deux ans.