jeudi, février 22, 2024
InternationalNationalSociété

Maroc : le Roi appelé à retirer la nationalité aux Israélo-marocains

Spread the love

MAROC : LE ROI MOHAMMED 6 APPELÉ À RETIRER LA NATIONALITÉ AUX ISRAÉLO-MAROCAINS

Au Maroc, une ancienne députée, Malika El-Assimi, membre d’Al-Istiqlal, un parti politique faisant partie de la coalition gouvernementale actuelle, a récemment sollicité l’intervention du roi Mohammed 6 pour révoquer la citoyenneté des Israéliens-Marocains. Elle justifie cette demande en accusant ces citoyens de contribuer aux « crimes commis à Gaza » (et en Cisjordanie) par Israël (crimes de guerre, nettoyage ethnique, génocide, etc.).

Dans une lettre adressée au souverain, Malika El-Assimi affirme que les Israéliens d’origine marocaine reconnaissent leur appartenance à une entité criminelle, en référence à Israël, et condamne leurs pratiques qu’elle qualifie de contraires aux droits de l’homme.

Elle estime que ces actions constituent des crimes de guerre, ce qui, selon elle, justifie le retrait de leur nationalité marocaine. Elle souligne que la citoyenneté ne devrait pas offrir une immunité permettant la commission d’actes criminels ni l’engagement dans une armée étrangère.

Malika El-Assimi va jusqu’à affirmer qu’Israël est une entité militaire où il n’y a pas de civils, mais plutôt des armées de réserve, constituant ainsi une structure exclusivement militaire. Elle appelle également le Roi du Maroc à rompre tous les liens avec Israël, y compris l’annulation de l’accord de normalisation signé en décembre 2020.

Cette demande s’inscrit dans un contexte plus large où de nombreux Marocains, sensibles à la cause palestinienne, appellent à la rupture des relations avec le pays colonisateur.

L’Istiqlal, le parti auquel l’ancienne députée Malika El-Assimi appartient, avait déjà tenté en 2018 de présenter au Parlement un projet de loi visant à criminaliser toute forme de normalisation avec Israël. Cependant, depuis la conclusion des accords de normalisation, la plupart des partis politiques marocains, y compris l’Istiqlal, ont évité de prendre publiquement position sur leurs relations avec Israël. La politique étrangère ne dépend en effet que du Roi Mohammed 6.

Des groupes locaux pro-palestiniens renouvellent leur appel à rompre tous les liens avec Israël et à fermer le bureau de liaison israélien dans la capitale marocaine.