mardi, mai 28, 2024
InternationalNational

La France reconnaît économiquement la marocanité du Sahara

(VIDÉO) LA FRANCE RECONNAÎT ÉCONOMIQUEMENT LA MAROCANITÉ DU SAHARA OCCIDENTAL

Avant sa rencontre avec son homologue marocain à Paris, Stéphane Séjourné, ministre français chargé des Affaires européennes, a affirmé que la France reconnaît l’aspect économique de l’appartenance du Sahara au Maroc. En d’autres termes, la France reconnaît économiquement la marocanité du Sahara. Cette déclaration fait référence à la position de la France sur la question du Sahara occidental, en soulignant explicitement que la France reconnaît l’autorité économique du Maroc dans cette région contestée où des opérateurs publics français interviendront dans le développement.

Cette reconnaissance économique de la souveraineté marocaine sur son Sahara occidental s’inscrit dans une dynamique plus large de relations bilatérales entre la France et le Maroc. Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné a exprimé l’espoir que cette reconnaissance économique encouragera d’autres pays, tels que l’Allemagne, à suivre cet exemple. Cela montre l’importance stratégique accordée par la France au maintien de bonnes relations avec le Maroc et à la reconnaissance de sa souveraineté sur son Sahara.

Le ministre français des Affaires étrangères, après le ministre du Commerce extérieur, Frank Riester, a ainsi franchi une nouvelle étape vers la reconnaissance de la marocanité du Sahara. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision française d’information internationale en continu France 24 et à la station de radio publique française à diffusion internationale RFI (Radio France internationale), Stéphane Séjourné a expliqué que la France reconnaît non seulement le développement économique de cette région par le Maroc, mais envisage également une coopération avec des opérateurs publics pour son développement.

Stéphane Séjourné a également mentionné l’engagement financier de Proparco, une filiale de l’Agence française de développement (AFD), dans des projets tels que la construction d’une ligne haute tension entre Dakhla et Casablanca, annoncé précédemment par le ministre Riester à Casablanca.

Ces annonces ont été critiquées immédiatement par le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario » et par les médias algériens à la botte de la junte militaire, soulignant ainsi les tensions persistantes autour de la question du Sahara occidental et l’impact géopolitique de la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur cette région.

Cependant, Stéphane Séjourné a précisé que la France limite son engagement à la reconnaissance économique et laisse le volet diplomatique de cette question aux chefs d’État. Ainsi, aucune annonce n’a été faite sur ce plan lors de sa déclaration.

Par ailleurs, il est intéressant de noter que Rabat et Paris n’ont pas encore fixé de date pour le sommet entre le roi du Maroc Mohammed VI et le président de la France Emmanuel Macron, événement très attendu qui pourrait marquer une étape significative dans les relations bilatérales entre les deux pays.

En plus de cette reconnaissance économique de la souveraineté marocaine sur le Sahara, le ministre français des Affaires étrangères a également loué le rôle du Maroc au Sahel. Cela a été illustré par l’adhésion du Mali, du Niger, du Tchad et du Burkina Faso à une initiative lancée par le roi Mohammed VI visant à faciliter l’accès des pays enclavés du Sahel à l’océan Atlantique. La France souhaite profiter de cette influence pour renforcer ses liens avec ses anciennes colonies.

Interrogé sur une éventuelle médiation marocaine entre Paris et les pays du Sahel qui se sont éloignés de la France, Stéphane Séjourné a souligné que le Maroc est désormais une puissance régionale affirmée et peut contribuer à l’organisation régionale et à la stabilité dans la région. Le chef de la diplomatie française a salué les initiatives du royaume du Maroc au Sahel et a affirmé que les Marocains ont la volonté de renforcer leurs liens avec leurs voisins de cette région.

Le ministre français des Affaires étrangères a rencontré son homologue marocain, Nasser Bourita, à Paris le mardi 9 avril. Stéphane Séjourné s’est réjoui de cette rencontre, soulignant l’importance de la relation entre la France et le Maroc. Ces déclarations devraient susciter des réactions de colère en Algérie et dans les camps de Tindouf, mettant en évidence les enjeux géopolitiques régionaux qui sous-tendent les relations entre la France, le Maroc et les autres acteurs de la région qui entretiennent ce conflit artificiel qui n’a que trop duré.