mardi, mai 28, 2024
InternationalNational

Stéphane Séjourné a reçu le chef de la diplomatie marocaine

STÉPHANE SÉJOURNÉ A REÇU NASSER BOURITA

Le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, a reçu le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita

Le 9 avril 2024, à Paris, Stéphane Séjourné, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, a accueilli Nasser Bourita, son homologue marocain en charge des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. La réunion a été axée sur le renforcement des relations bilatérales entre la France et le Maroc.

Cette rencontre entre le chef de la diplomatie française et le chef de la diplomatie marocaine fait suite à un accord conclu entre les deux ministres lors de leur réunion à Rabat, quelques semaines auparavant, dans lequel ils ont convenu de maintenir une communication diplomatique régulière. Cette initiative vise à donner un nouvel élan au partenariat politique, économique et culturel entre les deux pays.

La visite de Nasser Bourita à Paris revêt une importance particulière, car elle intervient après une période tendue d’environ deux ans dans les relations franco-marocaines. Pendant cette période, le Maroc avait exprimé le souhait que la France adopte une position plus affirmée en faveur de la marocanité de son Sahara occidental.

Lors de sa visite à Rabat le 26 février 2024, Stéphane Séjourné a souligné l’intention de la France de réévaluer sa position concernant les provinces sahariennes. Il a également rappelé que la France soutient le plan d’autonomie marocain depuis 2007.

Le 4 avril, Franck Riester, ministre français du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger, a annoncé à Casablanca que la France prévoit d’accompagner le Maroc dans le développement des infrastructures et des investissements dans les régions sahariennes du sud du Maroc. Il a mentionné que Proparco, la filiale de l’Agence française de développement (AFD) dédiée au secteur privé, pourrait participer au financement d’une ligne haute tension entre Dakhla et Casablanca.

Dans les cercles diplomatiques à Rabat, il est évoqué la possibilité d’une visite d’État du président français au Maroc, bien que cette information n’ait pas encore été confirmée officiellement par Paris ou Rabat.