mardi, avril 23, 2024
InternationalSociété

(Vidéo) Voici la date de l’indépendance de la Kabylie

(VIDÉO) VOICI LA DATE DE L’INDÉPENDANCE DE LA KABYLIE

Ferhat Mehenni a annoncé la date de la naissance de l’État Kabyle et a remercié le Maroc

Le président du Gouvernement provisoire kabyle (Anavad) et du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), Ferhat Mehenni, a annoncé la date de la naissance de l’Etat Kabyle. Après des années de lutte pacifique pour le droit à l’autodétermination du peuple kabyle et son indépendance de l’Algérie, les Kabyles voient enfin le bout du tunnel. Ferhat Mehenni a également tenu à remercier le Maroc.

Le chef du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) exilé en France, et ennemi public numéro 1 du pouvoir algérien depuis la présidence d’Abdelmadjid Tebboune qui a classé le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie comme une « organisation terroriste », a révélé la date officielle de la proclamation de l’Etat Kabyle.

Ce sera le 20 avril prochain et le lieu de cette annonce sera New York, la ville où se trouvent les Nations Unies, un choix symbolique pour cet homme qui a milité pour l’indépendance d’un peuple opprimé et laissé pour compte par l’Algérie.

« Le 20 avril 2024, nous allons proclamer la renaissance de l’État kabyle. Le 20 avril est une date symbolique. L’histoire en a fait un repère majeur que ce soit pour ce qu’il a été en 1980, que pour 2001 ou 2021. L’État kabyle était bel et bien debout avant la colonisation française. Il tenait la dragée haute à l’Empire ottoman. Il a été vaincu le 24 juin 1857. Nous en retenons l’horaire », a indiqué Ferhat Mehenni pour clarifier qu’il ne s’agit pas de séparatisme comme pourrait le prétendre l’Algérie, mais bel et bien d’un Etat qui a existé.

Ferhat Mehenni proclamera à New York, le 20 avril 2024 à 18 H 57, la renaissance (et non la naissance) de l’État kabyle. Pour ce qui est de l’heure de la proclamation (18 H 57), elle rappelle la date symbolique du 24 juin 1857 quand les troupes françaises dirigées par le maréchal Randon avaient défaits une armée kabyle et avaient mis fin aux prémices d’un Etat kabyle indépendant.
Le patron du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie a appelé à cette occasion les kabyles de l’Amérique du Nord de venir nombreux assister à ce « moment historique » qui consacrera « la renaissance de l’Etat kabyle », après des décennies de « colonisation algérienne ».

Le choix de la date n’est pas fortuit, puisqu’il fait référence aux manifestations du 20 avril 1980 en Kabylie et à Alger réprimées dans le sang par les autorités algériennes et connues dans la presse sous l’appellation du printemps berbère. Le 20 avril renvoi également au printemps noir en 2001 où des manifestations politiques de militants kabyles en Kabylie ont fait des centaines de morts et de blessés, suite aux interventions répressives de la police et la gendarmerie algériennes.

Dans une vidéo emprunte de fierté, le président du Gouvernement provisoire kabyle a annoncé la date de la déclaration d’indépendance de la Kabylie, en déclarant son intention de franchir un « pas de géant » vers la liberté du peuple Kabyle.

«Le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie et le Gouvernement provisoire kabyle assument leur responsabilité vis-à-vis de la Kabylie, que ce soit vis-à-vis des prisonniers ou des condamnés à mort ou vis-à-vis de l’histoire. C’est ainsi que nous avons décidé de faire deux pas de géant cette année et l’année prochaine vers notre liberté et notre redressement national», a-t-il déclaré.

Et en appelant la communauté Kabyle de New York à assister à l’événement historique, Ferhat Mehenni a ajouté: « Le 20 avril prochain, enclenchez tous et tout de suite le compte à rebours sur vos montres. Le 20 avril à 18h57, c’est-à-dire 1857 (date de la bataille d’Icheriden du 24 juin 1857 à Icheriden en Kabylie, Ndlr), nous proclamerons solennellement et publiquement la renaissance de l’État kabyle conformément au Conseil économique, social et environnemental de la Kabylie et aux recommandations du parlement kabyle qui ont été tous les deux dûment consultés ».




Des remerciements au Maroc…
Lors de cette annonce historique, le chef du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie et du Gouvernement provisoire kabyle, a tenu à adresser des remerciements au Maroc. Il a également promis de « ne jamais lui tourner le dos », en faisant une référence à l’Algérie que le Royaume a aidée pour obtenir son indépendance de la France et qui finance le séparatisme au Sahara depuis près de 50 ans.

«Nous savons que le Maroc a de la sympathie pour la Kabylie, vers laquelle il a fait un pas en 2015 et, depuis, ce pas est resté le même et n’a pas progressé », a-t-il déclaré. Ferhat Mehenni faisait référence à une intervention d’Omar Rabi, conseiller à la Mission du Maroc à New York

Le 2 novembre 2015, à l’occasion des travaux de la troisième commission des Nations Unies, la diplomatie marocaine avait appelé la communauté internationale à faire émerger les voix de huit millions de Kabyles trop longtemps maintenus dans le silence et dans l’invisibilité, notant que le peuple kabyle « doit être accompagné pour qu’il puisse jouir de ses droits légitimes à l’autodétermination et à l’autonomie ». Il s’agissait d’une réponse à l’inscription par l’Algérie de la question sahraouie dans l’agenda onusien.

« La Kabylie est reconnaissante au Maroc et à Sa Majesté le roi Mohammed VI d’avoir fait ce geste et de l’avoir répété plusieurs fois. De notre côté, la Kabylie espère aller plus loin dans l’amitié kabylo-marocaine. La Kabylie respectera toujours ceux qui lui ont prêté main forte et ne sera jamais ingrate à l’égard du royaume frère du Maroc », a ajouté le chef du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie.

Le Maroc a évoqué la question de la Kabylie une seconde fois en juillet 2021, après l’intervention hostile de Ramtane Lamamra, sur la question de l’intégrité territoriale, lors du débat général de la réunion ministérielle du Mouvement des Non-Alignés, alors qu’il venait tout juste d’être nommé ministre des Affaire étrangères et au moment où la question du Sahara n’était pas inscrite à l’ordre du jour.

L’ambassadeur permanent du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, avait donc riposté en formulant une réponse relevant la profonde contradiction de l’Algérie au sujet du droit à l’autodétermination en rappelant à Alger les revendications légitimes du peuple Kabyle.

Omar Hilale avait alors déclaré à l’adresse du ministre algérien qui «se dresse en fervent défenseur du droit à l’autodétermination » et qui « refuse ce même droit au peuple Kabyle, l’un des peuples les plus anciens d’Afrique, qui subit la plus longue occupation étrangère».

« L’autodétermination n’est pas un principe à la carte. C’est pourquoi le vaillant peuple Kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l’autodétermination », a-t-il lancé.

Pour le président du Gouvernement provisoire kabyle (Anavad) et du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), «la Kabylie est déjà symboliquement hors de l’Algérie. Elle a boycotté les présidentielles de 2019. Donc le président algérien n’est pas président de la Kabylie. Elle a boycotté la révision constitutionnelle le premier novembre 2022, donc la constitution algérienne ne régit pas le peuple kabyle et la Kabylie, qui a également boycotté les législatives du 12 juin 2021. Donc l’Assemblée nationale et les lois algériennes ne s’appliquent pas en Kabylie et ne sont pas reconnues par le peuple kabyle. La Kabylie a déjà opéré son retrait de l’Algérie».