mercredi, avril 24, 2024
Faits diversInternationalNationalSociété

La justice confirme l’expulsion de Hassan Iquioussen vers le Maroc

FRANCE : LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF CONFIRME L’EXPULSION DE HASSAN IQUIOUSSEN VERS LE MAROC

Le tribunal administratif de Paris a confirmé lundi soir la décision d’expulser l’imam marocain Hassan Iquioussen vers le Maroc. Cette affaire a débuté en janvier 2023 lorsque la juridiction a été saisie, suite à l’arrestation de l’homme en Belgique à la demande de la France à l’été 2022, suivi d’une expulsion directe vers le Maroc.

L’imam était visé par un Ordre de quitter le territoire français (OQTF) en raison de propos considérés comme misogynes et antisémites, bien qu’il n’ait jamais été jugé pour ces accusations.

Dans sa décision, le tribunal administratif a estimé que Hassan Iquioussen avait exprimé de manière récurrente des propos provocateurs et haineux envers les juifs, les non-musulmans et les femmes, malgré ses liens en France.

Cependant, l’avocate de la défense a vivement contesté l’expulsion, soulignant que les propos reprochés, bien que rétrogrades et regrettables, ne constituaient pas une menace sérieuse pour la sécurité de l’État. Elle a également fait valoir que l’imam était né en France et avait toute sa famille dans le pays.

Il lui est in extenso reproché d’avoir dit que les femmes avaient besoin de leur dose de belles paroles pour être épanouies ou encore que l’homme était la locomotive de la famille. Ce sont des discours rétrogrades, regrettables, mais qui ne nous semblent pas fonder une menace grave à la sûreté de l’État, et en tout état de cause, fonder l’expulsion d’un homme qui est né en France et qui a toute sa famille. Lucie Simon, avocate de Hassan Iquioussen

L’avocate a également critiqué le fait que la décision du tribunal ne mentionnait pas les excuses présentées par son client et a annoncé son intention de faire appel. Le tribunal, pour sa part, a souligné que la famille d’Hassan Iquioussen, vivant en France, avait la possibilité de le rejoindre au Maroc, ce qui, selon lui, ne porterait pas atteinte de manière excessive à leur vie privée.

Hassan Iquioussen lui-même a exprimé son étonnement devant le fait que des propos tenus il y a 10 à 20 ans aient été ressortis et que ses excuses n’aient même pas été prises en compte dans la décision du tribunal.




À lire aussi :

(Vidéo) Hassan Iquioussen étonné de son accueil par les autorités marocaines