samedi, avril 13, 2024
InternationalNational

La question du Sahara marocain n’est plus à l’ordre du jour à l’UA

NASSER BOURITA : LA QUESTION DU SAHARA MAROCAIN N’EST PLUS À L’ORDRE DU JOUR À L’UNION AFRICAINE

La question du Sahara marocain n’est plus à l’ordre du jour à l’Union africaine, le 37ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement, organe suprême de l’institution panafricaine, n’ayant fait aucune référence ou citation sur la question nationale, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Nasser Bourita
Nasser Bourita

Depuis le retour du Maroc sous la conduite éclairée du roi Mohammed VI à l’Union africaine et après la décision 693 sur la question du Sahara marocain, adoptée à l’unanimité lors du Sommet de Nouakchott, en 2018, la question du Sahara marocain n’est plus soumise à l’Union africaine, c’est-à-dire qu’elle n’est plus à l’ordre du jour, a réaffirmé Nasser Bourita dans une déclaration à la presse à l’occasion du 37ème Sommet de l’organisation qui a clos ses travaux lundi matin.

Pour rappel, la décision 693 sur la question du Sahara marocain souligne la compétence exclusive des Nations unies sur la question nationale. Tous les rapports de cette 37ème session du Sommet de l’Union africaine n’ont fait l’objet d’aucune citation ou référence sur la question du Sahara marocain, a ajouté le ministre des Affaires étrangères qui a représenté le roi Mohammed VI à ce sommet.

De même, les discours de la présidence de l’Union africaine et de la Commission de l’Union africaine n’ont fait aucune référence à cette question qui relève du ressort exclusif de l’ONU. Ces discours insistent sur les problèmes réels du continent et non pas les conflits artificiels et montés de toutes pièces qui visent à créer les divisions et le retour du continent en arrière, a précisé Nasser Bourita.

Le 37ème Sommet de l’Union africaine intervient dans un contexte marqué par plusieurs initiatives stratégiques importantes lancées ces derniers mois par le roi Mohammed VI et apportant des réponses à plusieurs défis auxquels le continent africain fait face, a souligné le ministre, citant notamment l’initiative royale sur la façade atlantique africaine visant à faire de cet espace une opportunité de développement, de paix et de stabilité sur le continent africain.

Cette initiative royale concerne 23 pays ayant une façade atlantique et vise à faire de cette région un espace de coopération, de coordination et de développement, a ajouté Nasser Bourita. L’autre initiative royale est celle visant à donner l’accès des pays du Sahel à l’océan Atlantique, apportant ainsi une réponse aux défis sécuritaire et économique que connaît la région du Sahel, a relevé le chef de la diplomatie marocaine.

À travers cette initiative, le roi Mohammed VI apporte une réponse dans le cadre de la solidarité, d’une vision optimiste, aux problèmes du continent et dans le cadre du retour de la région du Sahel à sa situation naturelle en tant que pont entre le nord et le sud et entre l’est et l’ouest de l’Afrique.

Ces initiatives revêtent aujourd’hui une grande importance en vue de créer un espace inédit sur le continent en quittant la logique des problèmes et du pessimisme pour la logique de construction dans un cadre réaliste et rationnel qui reconnaît qu’il y a des défis dont les réponses ne peuvent pas toujours être militaires, sécuritaires et d’exclusion, mais des réponses positives à travers des initiatives inclusives pour apporter des solutions à ces défis, a souligné le ministre.

Ce 37ème Sommet de l’Union africaine a été l’occasion de présenter ces initiatives royales et réaffirmer les autres initiatives présentées par le roi Mohammed VI, a ajouté Nasser Bourita, notant dans ce sens que le rapport de la Commission de l’Union africaine a cité le rapport du Roi en tant que leader de l’Union africaine sur la question migratoire. La migration est un grand défi auquel fait face le continent africain, a réaffirmé le ministre.

L’initiative du Maroc en matière de la sécurité sanitaire et alimentaire à travers l’initiative AAA présentée en marge de la COP22 de Marrakech, outre les trois Commissions climat créées à l’initiative du Souverain pour faire aux changements climatiques au Sahel, au bassin du Congo et dans les États africains insulaires, ont été également soulignées lors de cette session, a indiqué le ministre.

Ce sommet a été marqué par la présidence du Maroc du Conseil de paix et de sécurité pour le mois de février et la présentation par le Royaume, au nom des pays membres du Conseil, du rapport sur l’état de la paix et la sécurité en Afrique (janvier-décembre 2023).

Sur instruction du Roi, cette session a été marquée par une participation intense de la délégation marocaine et aussi par l’inauguration de la fontaine offerte par le Royaume du Maroc à l’Union africaine, illustrant le patrimoine marocain authentique en tant que composante essentielle du patrimoine africain d’une manière générale, a souligné le ministre.

Lors de ce 37ème Sommet de l’Union africaine, Nasser Bourita a réitéré que l’engagement du Maroc pour la réalisation des objectifs de développement en Afrique procède de la vision stratégique du roi Mohammed VI. Il a, d’autre part, affirmé que la paix, la sécurité et le développement vont de pair, d’où l’importance d’une approche holistique, intégrée et multidimensionnelle, reposant sur une imbrication étroite entre ces trois dimensions.

Au cours de cette session, le chef de la diplomatie marocaine a aussi réaffirmé que le Royaume du Maroc, qui place la question palestinienne et Al-Qods Al-Sharif à la tête de ses préoccupations, réaffirme sa position ferme et claire, sous la conduite du roi Mohammed VI, président du Comité Al-Qods, dans le soutien et la défense de la question palestinienne, et son attachement à un règlement pacifique basé sur la solution à deux États convenue au niveau international afin d’établir une paix juste et durable au Moyen-Orient.