jeudi, février 22, 2024
National

Casablanca : fin des « gardiens » de parking

Spread the love

CASABLANCA : VERS LA FIN DES « GARDIENS » DE PARKING

Face aux nombreuses plaintes émanant des citoyens et dénonçant les pratiques abusives des gardiens de parking non autorisés, qui imposent des tarifs illégaux, la municipalité de Casablanca a pris des mesures concrètes pour remédier à la situation.

La décision a été prise en réponse à cette problématique persistante, visant spécifiquement à mettre fin aux agissements néfastes de ces gardiens de parking.

En particulier, la municipalité a annoncé la gratuité du stationnement dans la zone côtière d’Aïn Diab, où les plaintes étaient particulièrement nombreuses. L’adjoint au maire de Casablanca a clarifié que cette mesure était une réponse directe aux nombreuses plaintes dénonçant le comportement répréhensible des gardiens de parking non autorisés.

L’adjoint au maire de Casablanca a souligné que la municipalité n’avait délégué ce service à aucune entité spécifique, justifiant ainsi la nécessité de prendre des mesures pour prévenir le désordre causé par ces pratiques.

L’élu municipal a exprimé sa préoccupation quant aux rapports indiquant que ces gardiens extorquent les citoyens en exigeant des montants considérables, allant de 10 à 20 dirhams par voiture, une situation qu’il a qualifiée d’inacceptable. Dans le but de dissuader de telles transactions et d’instaurer un système plus équitable, le conseil de la ville envisage l’installation d’horodateurs dans toutes les rues de Casablanca.

Cette décision, selon l’élu, s’inscrit dans le cadre d’une stratégie globale visant à valoriser les ressources financières de Casablanca. De plus, il a annoncé que des tarifs accessibles à l’ensemble de la population de Casablanca seront prochainement fixés.

Ainsi, la municipalité prend des mesures significatives pour garantir un stationnement équitable et mettre fin aux pratiques illégales des gardiens de parking non autorisés qui ont malheureusement perduré dans la société marocaine.