jeudi, février 29, 2024
InternationalNational

Réunion militaire de l’Algérie : boycott mauritanien et tunisien

Spread the love

RÉUNION MILITAIRE ORGANISÉE PAR L’ALGÉRIE: BOYCOTT MAURITANIEN ET TUNISIEN

Sahara marocain : La Mauritanie et la Tunisie boycottent encore une réunion militaire organisée par l’Algérie

La Tunisie et la Mauritanie ont récemment choisi de boycotter une réunion militaire organisée par l’Algérie, marquant ainsi une nouvelle manifestation des tensions persistantes au sein du Maghreb. Cette rencontre, qui faisait partie du cadre du Comité de Défense de la région d’Afrique du Nord (NARC), s’est déroulée pour la 12ème fois, et une fois de plus, la Tunisie et la Mauritanie ont opté pour le boycott. L’objet du litige est la tentative de l’Algérie d’inclure la question du Sahara marocain et sa position en faveur du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario », une thèse qui est loin de faire l’unanimité dans la région.

Boycott tunisien
Le président tunisien, confronté à une crise économique grave et dépendant de l’énergie fournie par l’Algérie voisine, semble avoir été contraint à une proximité forcée avec le pays dirigé par les généraux. Cette relation a entraîné des concessions diplomatiques importantes en échange d’une assistance financière. Les relations déjà tendues entre la Tunisie et le Maroc ont été exacerbées par l’accueil officiel réservé au représentant du polisario lors d’un forum économique à Tunis (forum économique Japon-Afrique (TICAD 8 – 8th Tokyo International Conference on African Development). Cette initiative, effectuée sans l’accord du Japon, a créé des dissensions diplomatiques entre la Tunisie et le Maroc. Le Japon ne reconnaît pas le polisario et la pseudo « rasd ». Kaïs Saïed avait accueilli le chef du polisario comme un chef d’État. Celui-ci est d’ailleurs allé en Algérie avec un avion présidentiel algérien. La Tunisie a ainsi choisi de s’abstenir de participer à la réunion militaire pour éviter toute association avec les positions séparatistes de l’Algérie en faveur du « polisario ».




Boycott mauritanien
De son côté, la Mauritanie, impliquée de manière délicate dans le conflit artificiel du Sahara marocain sans en être l’instigatrice, a également boycotté la réunion pour la deuxième fois consécutive. La Mauritanie joue un rôle clé dans le tracé des frontières et participe activement aux discussions en raison de la présence de Sahraouis originaires de son territoire. Plusieurs Sahraouis originaires de Mauritanie s’y rendent pour y voter malgré le fait qu’ils habitent à Tindouf en Algérie qu’ils se réclament Sahraouis de la partie marocaine du territoire. Allez comprendre… La Mauritanie cherche à éviter d’être étiqueté comme pro-séparatiste et a donc décidé de ne pas participer à la réunion en la boycottant, comme la précédente.

Un boycott passé sous silence
Un aspect notable est que l’Algérie, lors de cette réunion du Comité de Défense de la région d’Afrique du Nord, n’a pas mentionné publiquement l’absence de la Tunisie et de la Mauritanie. L’Algérie s’est donc contentée de citer les pays participants, à savoir la Libye et l’Égypte. La presse algérienne elle-même a choisi de ne pas signaler ces boycotts pourtant très significatifs, soulignant ainsi une certaine discrétion entourant ces absences notables et potentiellement embarrassantes et gênantes de deux pays fondateurs du Comité de Défense de la région d’Afrique du Nord. Cette situation laisse entrevoir les profondes divisions et les complexités diplomatiques qui entravent la coopération régionale au sein du Maghreb à cause de l’Algérie.

À noter que le Maroc ne fait pas partie du groupement militaire « Comité de Défense de la région d’Afrique du Nord ». Ce comité militaire qui relève de l’Union africaine a été créé en 2005. À cette date, le Maroc n’était pas encore revenu au sein de l’Union africaine.