dimanche, février 25, 2024
InternationalNational

Bourita reçoit la ministre congolaise de l’Environnement

Spread the love

NASSER BOURITA REÇOIT LA MINISTRE CONGOLAISE DE L’ENVIRONNEMENT, PORTEUSE D’UN MESSAGE ÉCRIT À SM LE ROI DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU CONGO

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita a reçu, mardi à Rabat, la ministre congolaise de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, coordinatrice de la Commission Climat du Bassin du Congo, porteuse d’un message écrit à SM le Roi Mohammed VI du président Denis Sassou Nguesso.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de son entrevue avec M. Bourita, Mme Soudan-Nonault a indiqué que sa visite au Maroc s’inscrit dans le cadre de la préparation du sommet des trois bassins forestiers mondiaux prévu en octobre prochain à Brazzaville.

Mme Soudan-Nonault a, dans ce sens, hautement salué l’engagement de SM le Roi Mohammed VI en faveur de la biodiversité et du climat, particulièrement dans la région continentale africaine, rappelant que le Souverain a été à l’origine de l’initiative de création des trois commissions climats à l’occasion du Sommet africain de l’Action, tenu le 16 novembre 2016 à Marrakech en marge de la COP22. SM le Roi est le “grand parrain des trois commissions climatiques de la région continentale africaine”, a-t-elle affirmé.




La ministre congolaise de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo a noté que le Souverain soutient pas à pas la commission climatique du bassin du Congo depuis sa création.

Elle a aussi souligné que le Maroc, sous le leadership de SM le Roi, est “un grand partenaire” dans le cadre de la commission climatique aux côtés des 15 pays du bassin du Congo qui représentent 10% de la biodiversité mondiale.

“Nous avons besoin de cette coalition portée par SM le Roi pour nous permettre de parler d’une seule voix dans le cadre d’une coopération Sud-Sud sans oublier d’associer les pays du Nord”, a-t-elle insisté.

Elle a fait remarquer que l’urgence climatique exige la mobilisation de financements de projets intégrateurs et souverains qui répondent aux aspirations des populations de la région.

La ministre congolaise a affirmé à ce propos que le sommet de Brazzaville des trois bassins de biodiversité africaine mondiale va permettre de “nous inscrire dans la dynamique de l’accord de Paris”.

La réunion de Brazzaville portera également sur le bassin d’Amazonie, de Bornéo-Mékong en Asie du Sud-Est, qui représentent 80% de la biodiversité mondiale, a-t-elle fait savoir.