dimanche, juin 23, 2024
InternationalNational

Maroc : abondance de sardines dans le nord-ouest de l’Afrique

Abondance de sardines dans le nord-ouest de l’Afrique

Le Maroc profite d’une migration inattendue de sardines, qui sont devenues très abondantes dans le nord-ouest de l’Afrique

D’après une récente recherche menée par des scientifiques de divers pays dont le Sénégal, la France, la Norvège, le Maroc, la Mauritanie et la Gambie, les effets du réchauffement climatique seraient responsables de la migration des sardines et d’autres espèces de petits poissons pélagiques vers le nord le long du littoral de l’Afrique du Nord-Ouest, le Maroc étant particulièrement concerné par ce phénomène qui lui est bénéfique.

Cette étude, qui a été publiée dans la revue scientifique à comité de lecture « Scientific Reports », est basée sur l’analyse d’une importante quantité de données obtenues à partir de 2 363 échantillons de chalutages et de 170 000 kilomètres d’études acoustiques en mer effectuées sur une période de deux décennies, de 1995 à 2015.

Selon les conclusions de cette étude, le Grand écosystème marin du courant des Canaries, s’étendant du Maroc au Sénégal, a connu un réchauffement considérable au cours des 34 dernières années. Ce changement de température a entrainé des modifications dans la vitesse du vent et l’intensité de la remontée d’eau, plus particulièrement dans les zones où l’intensité de la remontée d’eau côtier était déjà le plus fort.

La recherche a également montré que la Sardinella aurita, une espèce de sardine, a vu sa limite nord se déplacer significativement vers le nord, à une vitesse de 181km par décennie depuis 1995. En outre, la population des sardines a connu une augmentation dans les régions subtropicales, tandis qu’elle diminuait dans la région intertropicale.

Les chercheurs attribuent ces changements de tendances à long terme à une augmentation de la température moyenne de la surface de la mer et à une diminution de la productivité marine dans les régions méridionales du Grand écosystème marin du courant des Canaries.

Ces changements ont des implications majeures pour le Maroc, qui a vu ses prises de sardines augmenter ces dernières années. De plus, l’apparition exceptionnelle de sardines jusqu’à Casablanca en 2015 peut probablement être mise en relation avec le déplacement de leur distribution vers le nord observé dans cette étude.

Avec les effets du réchauffement climatique tels que la sécheresse, la désertification et l’élévation du niveau de la mer, le Maroc et le reste de l’Afrique du Nord-Ouest qui partagent des stocks de poissons similaires pourraient profiter de cette migration des sardines. C’est pourquoi les chercheurs suggèrent l’adoption d’une politique régionale commune pour assurer la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire.




À lire aussi :

Le Maroc, premier exportateur de sardine en conserve au monde