samedi, juin 15, 2024
InternationalNationalUncategorized

Une nouvelle phase du projet de tunnel Maroc-Espagne

UNE NOUVELLE PHASE DU PROJET DE TUNNEL MAROC-ESPAGNE

L’Espagne s’est engagée dans une phase cruciale en définissant le budget pour la réalisation du prochain tunnel reliant le sud de l’Espagne au nord du Maroc. Ce projet d’envergure devrait entamer sa phase de construction aux alentours de 2026.

Le tunnel transcontinental entre le Maroc et l’Espagne revêt une importance stratégique majeure, car il facilitera grandement la connectivité entre les continents européen et africain. Pour concrétiser cette vision, le Comité mixte hispano-marocain se réunira à la fin du mois de mai pour élaborer une feuille de route post-évaluation des études et finaliser la conception du projet.

L’annonce de la co-organisation de la Coupe du Monde entre le Maroc, l’Espagne et le Portugal en 2030 a ravivé l’espoir de voir ce projet se concrétiser plus rapidement. Certains optimistes envisagent même le début des travaux dès 2025, avec une durée de construction estimée à cinq ans.

Cependant, la Société nationale d’études du détroit de Gibraltar (SNED) a tempéré ces attentes en soulignant que le projet est toujours à l’étape de l’étude de faisabilité.

Parallèlement, l’Espagne a déjà mandaté l’entreprise publique d’ingénierie Ineco pour établir un budget détaillé. Avec le soutien financier de l’Union européenne, le gouvernement espagnol espère fournir prochainement des informations économiques précises sur ce projet d’infrastructure majeur reliant l’Espagne au Maroc.

Le mandat confié à Ineco comprend plusieurs tâches complexes. La société devra actualiser un projet préliminaire datant de 2007, élaboré en collaboration avec les entreprises Typsa (Espagne), Ingema (Maroc), Lombardi (Suisse) et Geodata (Italie). Cela inclut la définition des alternatives de construction, leur viabilité, une étude approfondie de sécurité, ainsi qu’une estimation budgétaire complète, y compris pour les travaux du côté marocain.

Bien que le tracé exact du tunnel ne soit pas encore figé, Ineco semble privilégier une option moins profonde, limitant la profondeur de la mer à 300 mètres au lieu des 1000 mètres initialement envisagés.

Le projet envisage la construction d’un tunnel ferroviaire principal, avec la possibilité d’ajouter un second tunnel dédié au transport de marchandises et de passagers. Une autre option envisagée est une connexion au réseau ferroviaire européen afin d’attirer des financements publics européens.

Les estimations initiales indiquent que la réalisation de ce corridor maritime entre le Royaume du Maroc et le Royaume d’Espagne nécessitera un investissement minimal d’un milliard de dollars, avec un financement complémentaire provenant des institutions européennes et africaines. Des évaluations évoquent un coût total de 7 milliards de dollars.