mardi, avril 23, 2024
InternationalNationalReligionSociété

Ahmed Toufiq : concordance doctrinale entre le Maroc et les pays africains

AHMED TOUFIQ : CONCORDANCE DOCTRINALE ENTRE LE MAROC ET LES PAYS AFRICAINS

Ahmed Toufiq: la concordance doctrinale entre le Maroc et les pays africains, un gage de paix et de sécurité entre leurs peuples

La concordance doctrinale entre le Maroc et les nations africaines est vue comme une garantie de paix et de sécurité par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, qui a exprimé ces propos lors de l’ouverture de la 4ème session de communication de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains à Rabat. Selon lui, cette concordance est cruciale pour assurer la sécurité spirituelle et la paix en immunisant les croyants contre la confusion et les conflits.

Il a souligné que le thème de l’événement, « l’école Achaarite et les rites: cohérence scientifique et méthodologique au service des nécessités de la religion », confirme l’appartenance doctrinale et spirituelle commune entre le Maroc et les nations africaines. Ce choix thématique revêt une grande importance car il met en lumière le dogme Achaarite, qui fournit des réponses claires aux questions urgentes, et souligne que la doctrine façonne le quotidien des individus.

En outre, Ahmed Toufiq a présenté les projets de la Fondation pour l’année en cours, notamment l’élaboration de guides pour les Mourchidines et Mourchidates dans les pays africains, ainsi qu’un guide sur les pratiques soufies, en partenariat avec les imams et les ouléma, dans le but de promouvoir la science, la connaissance et la pensée islamique.

Le ministre des Habous et des Affaires islamiques a également mis en avant l’importance de la Charte de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains, qui vise à promouvoir la bonne moralité et à lutter contre les courants perturbateurs.

De son côté, le Secrétaire général du Conseil supérieur des ouléma, Mohamed Yssef, a souligné l’importance de cette rencontre qui aborde les écoles et les référentiels de l’islam en Afrique, affirmant que ces rites renforcent les liens entre les ouléma subsahariens et le Maroc.

Mohamed Yssef a noté que le Maroc a été précurseur dans l’organisation de ce type de rencontres, la première conférence des Ouléma africains ayant eu lieu sous la présidence de feu SM Mohammed V. Cette concordance entre les ouléma marocains et africains visait à soutenir les efforts de libération des dirigeants africains tout au long de l’histoire.

Enfin, le Secrétaire général du Conseil supérieur des ouléma a souligné que l’Afrique compte de jeunes ouléma et Mourchidines désireux de répandre et de partager la science et le savoir liés aux écoles religieuses et aux rites jurisprudentiels, dans le but de magnifier la bonne moralité.

Cette session scientifique fait partie du programme d’action de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains, qui vise à organiser des sessions de communication encadrées par les membres de la Fondation chaque Ramadan pour contribuer à la consolidation et à la protection des constantes religieuses africaines communes.

Au cours de cette rencontre de deux jours, plusieurs conférences seront tenues, portant notamment sur le dogme Achaarite, la préservation des nécessités et des finalités de la religion, ainsi que sur les rites jurisprudentiels: genèse, origine et prolongement.