lundi, avril 22, 2024
InternationalNationalSociété

Sénégal : Macky Sall va venir s’installer au Maroc

SÉNÉGAL : MACKY SALL VA VENIR S’INSTALLER AU MAROC

Le week-end dernier, des sources médiatiques nationales et internationales ont rapporté que le président sénégalais Macky Sall a effectué une visite privée au Maroc. Cette démarche, survenue à un moment où son mandat présidentiel touche à sa fin, semble être une étape dans ses préparatifs pour s’installer avec sa famille au Maroc. Il est particulièrement relevé que les proches de Macky Sall n’ont pas été informés de ce déplacement, ce qui soulève des questions sur le caractère confidentiel de cette visite.

Cette visite, largement relayée par les médias, intervient peu de temps après que le président sénégalais ait exprimé son intention de résider au Maroc après la fin de son mandat. Ce choix de résidence fait écho à une tendance observable chez plusieurs présidents et personnalités politiques africains qui optent pour le Maroc comme destination post-présidentielle. Les raisons de cette préférence sont multiples, notamment la stabilité politique et sécuritaire dont jouit le Maroc, contrastant avec les troubles qui agitent certains pays voisins. De plus, la stabilité financière et économique du Maroc ainsi que ses relations historiques avec divers présidents africains contribuent à cette attractivité.

Un autre facteur déterminant est la neutralité avec laquelle le Maroc aborde les crises internes de plusieurs pays africains, notamment suite à des coups d’État militaires récents dans la région du Sahel et du Sahara. Cette approche non interventionniste renforce la réputation du Maroc sur le continent et attire les anciens présidents en quête de stabilité et de sécurité pour eux-mêmes et leurs familles.

En parallèle, le Sénégal traverse une période de crise politique sans précédent depuis février dernier. Cette crise a été déclenchée par l’annonce du président Macky Sall de reporter les élections présidentielles initialement prévues pour le 25 du même mois, repoussées jusqu’en décembre prochain. Cette décision a suscité une vague de protestations menées par l’opposition, entraînant des pertes humaines et des blessés dans plusieurs villes du pays. Les réactions de la communauté internationale, notamment des capitales occidentales et des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ont été critiques envers cette initiative, appelant au report des élections présidentielles au Sénégal.

La tension politique s’est quelque peu apaisée après le retrait de la décision par le président Macky Sall, qui a ensuite annoncé l’organisation du premier tour des élections présidentielles pour le 24 du mois en cours. Cette décision est intervenue après l’intervention du Conseil constitutionnel sénégalais, qui a jugé illégale la décision de reporter les élections. De plus, le président Macky Sall a décidé de rester en fonction jusqu’à l’élection de son successeur et a ordonné la libération de plusieurs opposants arrêtés lors des manifestations. Ces mesures ont été bien accueillies tant au niveau régional qu’international, avec des réactions positives de l’Union africaine et de l’Union européenne.