vendredi, juin 21, 2024
Faits diversInternationalSociété

(Vidéos) Espagnols, marocains, subsahariens, etc. contre algériens

(Vidéos) Palma de Mallorca : des espagnols, marocains et subsahariens contre des Algériens qui foutent la merde

Dans le quartier de Son Gotleu, situé à Palma de Mallorca, des événements sombres et perturbants se sont déroulés en début de semaine précédente. Plus précisément, autour de 20h30, lundi, une violente altercation a éclaté, plongeant ce quartier dans un état presque semblable à celui d’une guerre civile.

Ce qui a initialement commencé comme un incident bénin, a rapidement révélé des tensions beaucoup plus sérieuses et inscrites profondément dans le quartier. D’après des sources proches de l’enquête, la cause des confrontations n’est pas due à un événement isolé mais plutôt l’apogée d’un conflit latent entre deux groupes antagonistes du quartier.

D’une part, on note une coalition diverse réunissant des Espagnols (principalement des familles gitanes), des Marocains, des Africains subsahariens, des sud-américains (principalement des colombiens et des boliviens) et de l’autre, un groupe d’Algériens, connus pour leurs activités criminelles et leurs multiples antécédents judiciaires. Le quartier, déjà habitué à une ambiance violent quotidienne, a vu une augmentation récente d’actes criminels.

Les délits, tels que les vols, viols, agressions, cambriolages et combats sanglants, sont devenus habituels. Les Algériens sont spécifiquement ciblés. Le nombre élevé d’infractions (plus d’une quarantaine par personne!) qui remplit les casiers judiciaires de la majorité de jeunes hommes âgés de 19 à 21 ans, alimente un sentiment d’insécurité et de colère parmi les autres résidents. La nuit de lundi a marqué un point critique dans l’escalade de la violence.

Face à ces hostilités, la Police Nationale a dû intervenir en nombre pour tenter de ramener l’ordre, une tâche qui s’est avérée très difficile. Quatre jeunes ont été blessés durant des affrontements particulièrement intensifs, victimes d’une attaque brutale perpétrée par un groupe armé de bâtons et d’autres objets contondants. Les délinquants clandestins algériens rasent les murs de peur d’être lynchés.

En réponse à la foule effrénée de plus de 200 personnes, la police a dû utiliser des équipements anti-émeute pour disperser les manifestants et sécuriser le quartier. Les services de pompiers ont également été appelés pour éteindre un feu déclenché dans un conteneur. Malgré les efforts déployés, la situation a dégénéré, nécessitant une intervention à grande échelle pour contenir la violence.

Les résidents de Son Gotleu affichent une réelle exaspération. La tension reste palpable et l’avenir du quartier incertain. « Soit les algériens partent, soit on les expulse », déclarent-ils sans détour, exprimant un fort sentiment de lassitude.

Selon María Rosa, une résidente de Palma de Son Gotleu qui s’est imposée comme porte-parole improvisée, la situation actuelle est devenue intenable. Elle énonce que la récente violence envers les groupes algériens implique à la fois des Espagnols et d’autres immigrés, comme les Marocains, les Subsahariens et les sud-américains, qui déclarent souffrir des activités criminelles de ces groupes qui vivent dans des squats dans plusieurs appartements miteux du quartier. « Cela fait deux ans qu’on tient, mais on n’en peut plus. On a chassé les bandes d’Algériens des appartements qu’ils squattaient dans le quartier, et on ne va pas s’arrêter jusqu’à ce qu’ils partent »

Son Gotleu, reconnu comme l’un des quartiers les plus démunis d’Espagne, a vu une augmentation significative de sa population immigrée, principalement d’origine africaine et d’Amérique latine. Les incidents de lundi, bien loin d’être un simple fait divers, révèlent une profonde crise au cœur de Son Gotleu.

Pour résoudre cette situation, une action en accord entre les autorités locales, les forces de l’ordre et les habitants est impérative afin de prévenir une nouvelle montée de la violence. Les habitants du quartier attendent anxieusement un retour à la normale qui semble s’éloigner chaque jour un peu plus.




La Communauté Tsigane de Son Gotleu (Palma de Majorque🇪🇸) demande d’EXPULSER les Algériens et d’ARRÊTER l’immigration ILLÉGALE :


Les communautés gitane, marocaine, roumaine, bolivienne et colombienne du quartier Son Gotleu à Palma de Majorque s’unissent pour exiger l’expulsion des migrants algériens illégaux. Les Algériens 🇩🇿 ont été chassés de Palma de Majorque 🇪🇸 et ont dû fuir vers la péninsule ibérique pour éviter d’être lynchés par une population extrêmement en colère qui « ne veut pas voir leur île devenir comme Marseille en France » :


Les communautés marocaine, roumaine, bolivienne, et colombienne (entre autres) du quartier de Son Gotleu à Palma de Majorque expriment leur ras-le-bol quant à la montée de la criminalité à cause des clandestins algériens. Sur la pancarte ci-dessous nous pouvons lire « Le quartier où se trouvent des algériens ne peut-être qu’un lieu où les crimes se multiplient » :


Les habitants d’origine marocaine et gitane du quartier de Son Gotleu se sont organisés pour chasser les gangs de clandestins algériens qui sévissent depuis plusieurs mois dans le quartier :





À lire aussi :

(Vidéos) CAN : des supporters algériens et l’Algérie se font remarquer