mercredi, avril 24, 2024
InternationalNational

Maroc : le TGV au cœur d’une rivalité entre la France et l’Espagne

MAROC : LE TGV AU CŒUR D’UNE RIVALITÉ ENTRE LA FRANCE ET L’ESPAGNE

Les projets ferroviaires en cours au Maroc, notamment l’expansion des lignes à grande vitesse reliant Kénitra, Marrakech et Agadir en prévision de la Coupe d’Afrique des Nations 2025 et de la Coupe du Monde 2030, sont au cœur d’une compétition acharnée entre différentes puissances économiques et industriels mondiales. Parmi celles-ci, la Chine, la Corée du Sud, l’Allemagne, la France et l’Espagne se disputent l’opportunité de participer à ces initiatives majeures. Cependant, c’est la rivalité entre une entreprise française et deux entreprises espagnoles qui prend le devant de la scène.

Cette rivalité se concentre particulièrement sur Alstom en France et les entreprises espagnoles CAF et Talgo. Toutes ces entreprises convoitent les contrats lucratifs liés à ces projets de développement ferroviaire au Maroc, qui sont cruciaux pour faciliter la mobilité des spectateurs lors des événements sportifs de renommée mondiale à venir. Les enjeux économiques et politiques de cette compétition sont indéniables, chacune des parties cherchant à consolider sa position sur le marché.

Du côté français, des efforts sont déployés pour renforcer les relations bilatérales avec le Maroc. La visite récente du ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, en est un exemple concret. Cependant, l’impasse persistante concernant la reconnaissance par la France de la souveraineté du Maroc sur son Sahara occidental reste un obstacle majeur à un rapprochement significatif entre les deux pays.

En revanche, l’Espagne a ajusté sa position sur la question du Sahara, ce qui lui permet de maintenir des relations plus harmonieuses avec le Maroc. Lors de la visite du Président du gouvernement d’Espagne Pedro Sánchez Pérez-Castejón à Rabat, celui-ci a réaffirmé son soutien au plan d’autonomie du Sahara proposé par le Maroc. Cette démarche a été bien accueillie et a contribué à renforcer les liens entre les deux pays.

De plus, le ministre espagnol des Transports, Óscar Puente, a souligné l’importance stratégique de la relation hispano-marocaine, mettant en avant les opportunités de développement mutuel que représente cette collaboration dans le domaine ferroviaire et au-delà. Óscar Puente s’est entretenu avec Mohamed Abdeljalil, Ministre des Transports et de la Logistique du Maroc à Rabat, afin d’exprimer l’intérêt de son pays pour les initiatives ferroviaires. Soulignant que l’Espagne est à l’avant-garde dans le domaine de la grande vitesse ferroviaire, il a affirmé que des entreprises espagnoles très compétentes rivaliseront avec d’autres pays pour remporter le contrat de l’Office national des chemins de fer (ONCF), l’établissement public marocain chargé de l’exploitation du réseau ferroviaire du pays, qui envisage l’acquisition de 168 nouveaux trains.