jeudi, février 29, 2024
International

Gaza : le génocide continue

Spread the love

GAZA : LE GÉNOCIDE CONTINUE

L’armée israélienne bombarde toujours allègrement la bande de Gaza, dont la population vit une situation humanitaire critique, tandis que la poursuite du conflit et du nettoyage ethnique exacerbe les tensions régionales.

Dans le territoire sous blocus israélien depuis 17 ans, et soumis à un siège total depuis trois mois, 2,4 millions d’habitants manquent de tout, d’eau, de nourriture, de médicaments, d’électricité, de carburant, de moyens de communication. L’ONU estime que 1,9 million de personnes ont dû quitter leur foyer dans l’enclave palestinienne.

Plus d’une centaine de journalistes palestiniens ont jusqu’à présent été tués dans les bombardements israéliens.

Les bombardements et les opérations au sol de « l’armée la plus morale du monde » ont entraîné la mort de plus de 24.000 Palestiniens dans la bande de Gaza, en majorité des civils, principalement des femmes, des adolescents et des enfants. Des milliers de morts ne sont pas comptabilisés car encore sous les décombres. Il y a des dizaines de milliers de blessés (plus de 60.000) dont certains très gravement, estropiés à vie. Les palestiniens sont obligés de faire des amputations de bras, de jambes… sans aucune anesthésie.

Pour deux ministres israéliens d’extrême-droite – Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich – (entre autres) le futur de Gaza passe par le départ de gré ou de force des Palestiniens qui sont sur place et le retour de colons juifs pour s’installer dans la bande de Gaza qui doit faire partie de l’État juif.

En Cisjordanie occupée, où le Hamas n’est pas représenté, plus de 330 Palestiniens ont été tués par des soldats et des civils israéliens (protégés par la police et l’armée) depuis le 7 octobre.

À noter qu’Israël continue les implantations illégales de colonies en Cisjordanie occupée, avec des colons civils armés accompagnés de policiers armés et de soldats israéliens armés. À la faveur de la guerre, les colons israéliens accélèrent en effet le dépeuplement de la Cisjordanie occupée. Des centaines de palestiniens sont chassés manu militari de leurs terres ancestrales pour les remplacer par des implantations israéliennes. On ne leur laisse emporter rien du tout et ils n’ont nulle part où aller. C’est une stratégie de déplacement forcé orchestrée par les colons depuis de nombreuses années et qui s’est nettement accélérée, depuis le 7 octobre 2023, en toute impunité et dans une totale illégalité au regard du droit international.