lundi, février 26, 2024
InternationalNationalSociété

(Vidéo) Le Maroc condamne les provocations israéliennes

Spread the love

(VIDÉO) LE MAROC CONDAMNE AVEC FORCE LES INCURSIONS ISRAÉLIENNES

Le Royaume du Maroc, par le biais de son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a exprimé une condamnation forte envers les actes provocateurs répétés d’Israël à l’encontre de la ville d’Al-Qods occupée et de la mosquée Al-Aqsa.

Il a appelé à un arrêt immédiat de toutes les actions qui perturbent le statut juridique de la Ville sainte.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, lors de sa visite officielle au Royaume du Maroc, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a déclaré que le Royaume du Maroc, dont le Roi Mohammed VI préside le Comité Al-Qods, condamne fermement la récente intrusion d’un membre du gouvernement israélien dans la Mosquée Al-Aqsa.

Le ministre des Affaires étrangères a exprimé son regret quant à la répétition de tels actes provocateurs, soulignant que le Maroc appelle à l’arrêt immédiat de toutes les mesures qui portent atteinte à la situation juridique et historique de la Ville sainte.




Nasser Bourita a souligné que de telles violations à Al-Qods occupée, en particulier à la mosquée Al-Aqsa, sont unanimement rejetées à l’échelle internationale.

Ces actions ne font qu’attiser les tensions et compromettre les efforts de pacification dans les territoires palestiniens occupés.

De plus, elles ont un impact négatif sur toutes les perspectives de paix dans la région, a insisté Nasser Bourita.

Nasser Bourita, chef de la diplomatie marocaine, a affirmé que le Royaume du Maroc, conformément aux hautes directives du Roi Mohammed VI, demeure convaincu que la voie de la paix basée sur le dialogue et les négociations est la seule solution pour parvenir à une résolution définitive de la question palestinienne.

Cela implique la solution à deux États et l’établissement d’un État palestinien sur les frontières de juillet 1967, avec Al Qods-Est comme capitale. Nasser Bourita a exprimé son espoir de voir ces provocations cesser, étant donné leur impact négatif et leur contribution à l’extrémisme et à la violence dans la région.