jeudi, février 29, 2024
InternationalNationalSociété

Oise-Hebdo: un immigré français au Maroc raconte…

Spread the love

OISE-HEBDO: UN IMMIGRÉ FRANÇAIS PARLE DU MAROC

En juillet 2019, le maire de Lassigny a décidé de quitter son poste qu’il avait occupé pendant plus de dix ans ainsi que sa commune pour s’installer au Maroc, où il avait demandé une mutation en tant qu’enseignant.

Près de quatre ans plus tard, Thierry Frau affirme qu’il ne regrette rien.

Au contraire, cet homme de gauche, bien qu’il soit parti en cours de mandat (à huit mois des élections municipales), avait laissé des dossiers bien préparés en attente de subventions qui sont progressivement en train de se concrétiser, pour le bonheur de ses quelque 1400 administrés, les habitants de ce village situé dans le département de l’Oise et la région des Hauts-de-France (anciennement Picardie).

Depuis Casablanca, où il réside toujours, l’homme de gauche a partagé avec le journal français Oise-Hebdo sa nouvelle vie.

Il exprime son bonheur d’avoir commencé une nouvelle expérience professionnelle et personnelle à son âge, une expérience qui s’est avérée être une belle mission, valorisante, enrichissante et qui donne du sens à sa vie.

Il a trouvé ce qu’il cherchait en venant dans ce magnifique pays où tout est une découverte.




Il raconte : « Très rapidement, j’ai rencontré des Marocains, des personnes aimant la vie avec qui je passe d’excellents moments, comme avec de vrais amis de longue date en France. La vie ici est tellement plus simple. Ils sont très ouverts à la diversité des peuples, des idées et des religions. Il n’est pas rare de voir des rabbins se promener dans la rue, il y a des églises et des messes, des synagogues… Leur culture et leur vision du monde m’enchantent. Ils sont très tolérants avec moi, car ils s’expriment en français parfaitement, tout comme leurs élèves d’ailleurs. »

La politique, qui le motivait lorsqu’elle découlait de sa passion et de sa mission d’avancer et de contribuer toujours plus à la population sans autre ambition que d’être utile, ne lui manque pas vraiment.

Il explique : « Ici, je m’implique et je vais bientôt créer une association avec un ami marocain pour venir en aide à des paysans isolés dans les montagnes près de Marrakech, et je vais donner des cours bénévolement dans un établissement public… »

Lorsqu’on lui parle de la politique française, il déclare : « Oui, je lis la presse nationale et internationale tous les jours. Je constate comment l’opinion sur la France s’est détériorée progressivement ici et ailleurs.




En quelques années, pour des raisons incompréhensibles, le Président de la République a détruit une relation saine avec le Maroc. Il est encore temps de renouer le dialogue. Les Marocains sont des gens formidables. »

Pour étayer ses propos, il ajoute : « Je voyage en parcourant ce pays magnifique où à chaque fois, je suis accueilli à bras ouverts. J’ai des contacts partout où je suis allé et ce qui est exceptionnel, c’est que je continue toujours à communiquer avec les personnes rencontrées après mon passage. »

Il raconte une anecdote significative qui résume l’hospitalité marocaine : « Il y a un an, j’ai crevé sur l’autoroute à 150 km d’Agadir. J’ai appelé un serveur avec qui j’avais sympathisé un an auparavant pour lui demander s’il connaissait un garage sérieux à Agadir… Il m’a envoyé la localisation, est venu à ma rencontre, a demandé au patron de garder ma voiture jusqu’au lendemain et m’a invité chez ses parents pour dîner et passer la nuit. »

« Pour le commun des Marocains, c’est ainsi qu’ils traduisent le sens de l’hospitalité. »

Thierry Frau conclut en déclarant : « Le Maroc se résume dans ce que j’ai vécu et vis quotidiennement. C’est un bonheur. »