mercredi, mai 29, 2024
NationalSociété

Les pastèques au Maroc sont devenues chères

LES PASTÈQUES AU ROYAUME DU MAROC SONT DEVENUES CHÈRES

Les prix des pastèques au Maroc ont connu une augmentation fulgurante, suscitant l’inquiétude des consommateurs. Les pastèques, qui étaient autrefois vendues à un prix abordable de deux dirhams le kilogramme, coûtent désormais plus de 25 dirhams.




La situation du marché des pastèques au Royaume du Maroc est actuellement préoccupante en raison de la flambée vertigineuse des prix qui suscite l’inquiétude parmi les consommateurs.

Les pastèques, qui étaient auparavant vendues à un prix abordable de seulement deux dirhams le kilogramme, coûtent maintenant plus de 25 dirhams.

En effet, les pastèques et les avocats sont désormais parmi les fruits les plus chers sur le marché marocain, créant ainsi des difficultés pour les consommateurs qui ne peuvent plus acheter une pastèque entière.

Il y a quelques années, des tonnes de pastèques étaient jetées car le prix était trop bas, mais la situation a maintenant complètement changé.

Dans les grandes surfaces, les prix peuvent atteindre jusqu’à 300 dirhams pour une pastèque de qualité supérieure en provenance de Zagora.

Cette flambée des prix est d’autant plus préoccupante pour certains consommateurs.




Cette flambée des prix est préoccupante pour certains travailleurs car le coût d’une pastèque équivaut maintenant à trois jours de salaire pour certains, soit 100 dirhams par jour.

Les consommateurs se plaignent également de la qualité des pastèques vendues, qui sont souvent de mauvaise qualité ou qui pourrissent rapidement.

Cette situation pourrait être due aux mesures prises par les autorités pour réguler la culture des pastèques, en raison de la rareté des précipitations, de l’épuisement des ressources en eau et de la baisse du niveau de la nappe phréatique.

Cette régulation a conduit à une réduction de la superficie consacrée à la culture des pastèques, créant ainsi un déséquilibre entre l’offre et la demande de ce fruit.

Les producteurs se plaignent également de la concurrence étrangère, notamment du Royaume d’Espagne, qui exporte des pastèques moins chères, ce qui pousse les consommateurs à se tourner vers les pastèques importées.