samedi, avril 13, 2024
InternationalNational

(Vidéo) Le SG de l’UMA dénonce l’Algérie

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’UNION DU MAGHREB ARABE DÉNONCE L’ALGÉRIE

Lors d’une entrevue diffusée lundi sur la chaîne arabophone France24, Taieb Baccouche, qui est le Secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe (UMA), a dénoncé clairement le blocage que l’Algérie continue d’imposer au travail de l’institution régionale qu’il dirige depuis sept ans, en utilisant des exemples concrets.

Le langage franc du diplomate tunisien a immédiatement provoqué une réaction hostile des médias de la junte militaire algérienne.

Le Tunisien Taieb Baccouche est un homme politique et intellectuel maghrébin reconnu pour son engagement en faveur de l’unité et de l’intégration de la région. Ancien syndicaliste, professeur universitaire en linguistique et plusieurs fois ministre, il a été chef de la diplomatie tunisienne de 2015 à 2016. Il est également président honoraire de l’Institut arabe des droits de l’homme.

Depuis le 5 mai 2016, Taieb Baccouche était Secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe, une organisation régionale qui vise à renforcer la coopération économique et politique entre les cinq pays de la région : l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Mauritanie et la Libye.

Cependant, il s’apprête à quitter ce poste avec un sentiment de regret car il n’a pas été en mesure de faire progresser la construction maghrébine, en raison des obstacles rencontrés, notamment de la part de l’Algérie.

Dans une interview accordée à la chaîne arabophone France24 le 1er mai 2023, Taieb Baccouche a exprimé sa frustration quant à la réaction de l’Algérie face à la nomination de la diplomate marocaine Amina Salman en tant que représentante permanente de l’Union du Maghreb arabe auprès de l’Union africaine.




Selon lui, cette nomination était légitime et avait été approuvée en 2018 par les cinq États maghrébins lors du Sommet de l’Union africaine (UA) à Nouakchott, à la demande du président de la Commission africaine, Moussa Faki.

Taieb Baccouche a souligné que l’Union du Maghreb arabe est une communauté économique régionale, et que le Maroc, en tant que dépositaire de la gestion des affaires économiques de l’organisation, est naturellement habilité à la représenter auprès de l’Union africaine.

Cependant, l’Algérie s’est opposée à cette nomination, ce qui a créé des tensions entre les deux pays.

Bien que son mandat de trois ans en tant que Secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe ait officiellement expiré en août 2022, Taieb Baccouche est toujours en poste car son successeur n’a pas encore été désigné.

Il a proposé sa démission en novembre 2022, mais elle a été refusée par son pays d’origine, la Tunisie, et par le Maroc, où se trouve le siège permanent de l’Union du Maghreb arabe.

En effet, son prédécesseur Habib Ben Yahya avait occupé cette fonction durant trois mandats successifs, soit de 2006 à 2016, et une année supplémentaire dans l’attente de la nomination de son successeur, sans que l’Algérie ne remette en cause sa légitimité.

Taieb Baccouche a également critiqué l’attitude de l’Algérie envers l’Union du Maghreb arabe depuis 2016, date à laquelle le pays a retiré tous ses diplomates accrédités auprès de l’organisation et n’a plus versé de contribution financière, laissant ainsi les autres pays de la région financer seuls l’Union du Maghreb arabe.




Selon Taieb Baccouche, cela a considérablement affaibli l’organisation et entravé ses efforts pour promouvoir l’intégration maghrébine.

En outre, Taieb Baccouche a souligné que l’absence de l’Algérie lors de certaines réunions de l’Union du Maghreb arabe a entravé la prise de décisions importantes pour l’organisation, telles que la mise en place de programmes économiques communs ou la coordination de positions politiques.

Selon lui, l’Algérie devrait s’engager davantage en faveur de l’Union du Maghreb arabe et jouer un rôle de premier plan dans la construction de l’unité maghrébine.

Malgré les difficultés rencontrées, Taieb Baccouche a souligné que l’Union du Maghreb arabe a accompli certains progrès significatifs sous son mandat, tels que la mise en place d’un Fonds de développement maghrébin et la signature d’un accord de libre-échange régional.

Il a également souligné que l’Union du Maghreb arabe reste une organisation importante pour la région et que la coopération maghrébine reste cruciale pour surmonter les défis économiques et politiques auxquels les cinq pays font face.

En conclusion, Taieb Baccouche a exprimé son souhait de voir l’Union du Maghreb arabe atteindre son plein potentiel dans un avenir proche et de voir les cinq pays de la région travailler ensemble pour renforcer l’unité maghrébine et faire face aux défis communs.