mercredi, février 21, 2024
InternationalNational

Importations de gasoil russe au Maroc: les précisions du gouvernement

Spread the love

IMPORTATIONS DE GASOIL RUSSE AU MAROC, LES PRÉCISIONS DU GOUVERNEMENT

Interrogé sur des soupçons de fraude au diesel en provenance de Russie, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le parlement, et Porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, a apporté des clarifications à l’issue d’un point de presse tenu ce jeudi 2 mars 2023, suite à la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.




Alors que des rumeurs circulent depuis quelques jours concernant une fraude au diesel importé de Russie, qui serait commercialisé par des distributeurs au Maroc avec des marges disproportionnées, le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le parlement, et Porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, a tenu à apporter quelques précisions.

Selon Mustapha Baïtas, les importations de gasoil russe se sont toujours situées aux alentours de 10% en moyenne, en fonction de la demande du marché national.

Dans les détails, ces importations se sont établies à 9% en 2020, à 5% en 2021 et 9% en 2022, indique le Porte-parole du gouvernement sans pour autant donner des détails par rapport au volume qui a été importé cette année.

Mustapha Baïtas a, dans ce sens, souligné que l’importation du gasoil au Maroc est «libre» et que les distributeurs décident des quantités à importer en fonction de la demande sur le marché national.

Pour ce qui est des prix, le Porte-parole de l’exécutif a expliqué que ces derniers sont fixés en fonction de «l’offre et la demande», notant que «le prix du gasoil sur le marché international durant cette période est presque similaire en dépit des origines différentes».

Par ailleurs, Mustapha Baïtas a fait savoir que si le gouvernement marocain n’est pas intervenu pour augmenter les importations de gasoil russe, des «efforts considérables ont été fournis pour importer du charbon russe, moins cher, qui a permis de contrôler la facture de production d’électricité au Maroc».