mercredi, avril 24, 2024
InternationalNationalSociété

Drapeau palestinien brandi par le Maroc: de l’antisémitisme pour un journal allemand

DRAPEAU PALESTINIEN BRANDI PAR LE MAROC: DE L’ANTISÉMITISME POUR UN JOURNAL ALLEMAND

La gauche allemande a-t-elle perdu sa bousole ? Pour analyser le phénomène des drapeaux palestiniens qui ont inondé la Coupe du monde au Qatar, brandis notamment par des joueurs marocains, le journal de gauche Taz a assimilé ce geste à de l’antisémitisme.




La presse allemande dérape concernant le drapeau palestinien brandi par les Lions de l’Atlas, après leurs victoires en Coupe du monde. Samedi, le quotidien allemand Die Tageszeitung (Taz), journal de gauche, a ainsi pointé un «symbole antisémite».

Le quotidien allemand s’est intéressé au drapeau palestinien brandi par les fans et mêmes les joueurs de l’équipe nationale marocaine, estimant que «le fait qu’une note antisémite soit ajoutée à la joie rend les choses difficiles» pour aimer le Maroc, un «outsider» de la Coupe du monde.

S’il évoque l’exploit historique des Lions de l’Atlas, avançant que l’équipe «a progressivement chassé les « puissances coloniales » du terrain de football», le journal ne voit pas d’un bon œil le fait que le succès marocain soit «superposé avec beaucoup de symbolisme palestinien».

«Après la victoire sur l’Espagne, l’équipe du Maroc a tenu un drapeau palestinien, comme l’ont fait les supporters tunisiens lors du tour préliminaire. Et certains Qataris portent désormais un bandeau pro-Palestine, en réponse à la banderole « One Love » des Européens, qu’ils considèrent comme une impertinence», poursuit-il.




Le drapeau du peuple palestinien antisémite ?

«Cela semble d’abord enfantinement provocant (…) D’un point de vue politique, le conflit (israélo-palestinien, ndlr) est utilisé pour affirmer une prétendue unité arabe. Comme si les fans du Maghreb étaient dans le même bateau que les familles dirigeantes du Qatar.»

Le journal de gauche part ensuite dans une analyse complotiste en accusant les «familles dirigeantes du Qatar et d’autres régimes» de construire «un concept de « solidarité palestinienne » afin de mettre un terme aux manifestations, qui pourraient venir notamment de travailleurs migrants palestiniens au Qatar».

«Depuis des années, le Qatar soutient financièrement le terrorisme perpétré par le Hamas islamiste contre Israël», rappelle Taz. Le quotidien allemand n’étaye pas vraiment le lien entre soutien de la cause palestinienne et antisémitisme, ni le lien entre les joueurs marocains ayant brandi le drapeau palestinien et le pouvoir qatari.

Dans une tentative d’équilibrer son propos, le journaliste de Taz estime que «l’antiracisme est encore nécessaire. Il peut par exemple s’exprimer par la joie des succès du football marocain. Mais donner à cette joie une teinte antisémite est la tournure que des gangs comme la dynastie qatarie tentent pour assurer leur pouvoir.»