dimanche, juin 23, 2024
InternationalNationalReligionSociété

Aïd Al Adha : le Maroc va importer environ 600.000 têtes de bétail

Aïd Al Adha : le Maroc va importer environ 600.000 têtes de bétail

La date de l’Aïd Al Adha (ou Aïd el-Kebir)approche. Le Maroc, qui a été touché par une sécheresse sans précédent entraînant une augmentation sans précédent des prix des moutons et des bovins, renforce ses importations de moutons pour se préparer à cette célébration religieuse et répondre à la demande croissante du marché national. Une nouvelle cargaison de moutons en provenance d’Espagne a été livrée au pays.

Selon le journal espagnol « El Faro de Ceuta », 15 camions chargés de moutons destinés à l’Aïd al-Adha ont été expédiés du port d’Algésiras vers le Maroc. Les autorités marocaines prévoient d’augmenter les livraisons dans les prochains jours pour assurer un approvisionnement suffisant du marché national avant la célébration de l’Aïd al-Adha, prévue pour les 16 ou 17 juin.

Le journal hispanophone, citant des professionnels espagnols, a confirmé la disponibilité d’un grand nombre de moutons prêts à être importés, avec des poids variés pour répondre aux différentes demandes des consommateurs. Les prix de ces moutons varient entre 200 et 250 euros pour les plus petits, et peuvent atteindre environ 400 euros pour les plus gros spécimens.

Les agriculteurs espagnols attribuent l’augmentation des prix du bétail cette année à l’augmentation des coûts des fournitures et de l’alimentation animale. Plusieurs d’entre eux ont souligné dans des interviews que la sécheresse persistante et l’augmentation des coûts de transport ont considérablement augmenté leurs coûts d’exploitation.

Selon la même source, cette période de l’année est particulièrement exigeante pour les professionnels chargés de l’expédition du bétail vers les pays importateurs, dont le Maroc. Le Maroc prévoit d’importer environ 600 000 têtes de bétail pour offrir des alternatives aux citoyens, contrôler les prix et assurer leur stabilité, face à l’inquiétude croissante face à la hausse des prix cette année.

Cette initiative vise non seulement à assurer la disponibilité des moutons pour l’Aïd al-Adha, mais aussi à stabiliser le marché national en période de forte demande. Les autorités marocaines espèrent ainsi offrir aux citoyens des conditions favorables pour célébrer l’une des fêtes les plus importantes de la religion islamique, tout en maintenant un équilibre économique face aux défis actuels.



L’Aïd al-Adha

L’Aïd al-Adha, également connu sous le nom de Fête du Sacrifice, est l’une des deux principales fêtes célébrées dans l’Islam, l’autre étant l’Aïd al-Fitr.

Signification
Le sens de l’Aïd al-Adha réside dans sa commémoration de la dévotion du Prophète Ibrahim (Abraham) à Allah (Dieu) et de sa volonté de sacrifier son fils, Ismail, en signe d’obéissance à l’injonction divine. À cet égard, Ibrahim est présenté comme un modèle d’obéissance absolue à Dieu, et cette histoire est perçue comme une démonstration significative de foi et de soumission à la volonté de Dieu.

Traditions
Cette fête est célébrée par les musulmans du monde entier pendant trois jours. La majorité des musulmans assistent aux prières spéciales du jour de l’Aïd, qui sont généralement suivies du sacrifice d’un animal, le plus souvent un mouton, en référence au mouton qu’Allah avait fourni à Abraham pour le sacrifice à la place de son fils. La viande du sacrifice est traditionnellement partagée en trois parties : une pour la famille, une autre pour les amis et la troisième pour les moins privilégiés. Cela illustre la valeur de partage et de générosité qui est centrale dans la pratique de l’Islam.

Date
La date de l’Aïd al-Adha est déterminée en fonction du calendrier lunaire islamique et varie donc chaque année dans le calendrier grégorien. En 2024, par exemple, l’Aïd al-Adha sera (très probablement) célébré le dimanche 16 juin, et les festivités se poursuivront jusqu’au mercredi 19 juin.

En bref…
L’Aïd al-Adha est une fête majeure de l’Islam qui célèbre la dévotion et l’obéissance à Dieu à travers le récit symbolique du sacrifice d’Abraham. Elle est marquée par des prières spéciales, le sacrifice d’un animal et la distribution de la viande aux moins fortunés, manifestant ainsi l’importance du partage et de la générosité dans la foi islamique.