jeudi, juin 20, 2024
InternationalNationalsport

Échec de l’Algérie d’intégrer le Polisario dans l’écosystème du foot

Échec de l’Algérie d’intégrer le « polisario » dans l’écosystème du football continental et mondial

L’Algérie aspirait à faire entrer le groupe séparatiste terroriste qui se fait appeler « polisario », qu’elle soutient, dans le monde du football à l’échelle continentale et mondiale. Cependant, après que la Confédération africaine de football (CAF) ait rejeté cette idée, la FIFA (la fédération sportive internationale du football, du futsal et du beach soccer) a également fermé définitivement cette voie.

Une décision marque un nouveau revers pour l’Algérie et son allié controversé, le « polisario ». Lors du 74ème congrès de la FIFA à Bangkok ce vendredi 17 mai, une série d’amendements proposés par le Conseil de l’Association internationale de football (IFAB – International Football Association Board) a été approuvée, dont l’un porte sur les transferts de joueurs. Parmi ces amendements figure celui qui refuse de valider les transferts de joueurs provenant de pays non membres de l’ONU.

Il est important de rappeler que la Confédération africaine de football avait déjà modifié ses statuts le 12 mars 2021 à Rabat, sur proposition de Fouzi Lekjaa, le président de la Fédération royale marocaine de football. Cette modification stipule que seuls les représentants des pays membres de l’ONU peuvent adhérer à la Confédération africaine de football en tant que représentants officiels chargés de la gestion du football dans leur pays, en vertu de l’amendement présenté par le patron du football marocain.

Lors de la 43ème assemblée générale ordinaire et élective de la Confédération africaine de football, en mars 2021 à Rabat, le Maroc avait fait inscrire dans les statuts de la Confédération africaine de football que les entités non membres de l’ONU ne peuvent pas siéger au sein d’une instance internationale à caractère sportif, culturel, ou autres.

Cette dernière décision de la FIFA bloque désormais complètement la voie au groupe séparatiste terroriste qui se fait appeler « polisario ». N’étant pas reconnu comme membre de l’ONU, le groupe ne peut prétendre ni à une intégration dans la famille du football africain, ni à une intégration dans la famille du football mondial. Il est également exclu de participer aux tournois organisés par la Confédération africaine de football et la FIFA, et même de transférer ses joueurs vers des clubs algériens.

C’est une nouvelle gifle pour la pseudo-RASD et son soutien officiel, l’État algérien, qui persistent à défendre une chimère, des idées sans rapport avec la réalité.