mardi, mai 28, 2024
InternationalNational

Paléontologie : le Chili restitue au Maroc des fossiles rares

PALÉONTOLOGIE : LE CHILI RESTITUE AU MAROC DES FOSSILES RARES

Paléontologie* : plusieurs fossiles rares, datant de 400 millions d’années, ont été restitués au Maroc par le Chili

*La paléontologie peut être définie comme la science des fossiles. Cette discipline scientifique entretient des liens étroits avec la géologie : la datation des restes d’organismes vivants repose souvent sur des informations issues de la stratigraphie et sur l’analyse des roches qui les contiennent.

Le lundi 13 mai, lors d’une cérémonie solennelle à Santiago, au Chili, les autorités chiliennes ont procédé à la restitution de 117 pièces de fossiles rares d’origine marocaine. Ces pièces fossiles, datant d’environ 400 millions d’années, avaient été saisies par la douane chilienne sur une période s’étalant de 2017 à 2022.

La remise officielle des fossiles a eu lieu à la Bibliothèque nationale du Chili, en présence de plusieurs dignitaires des deux pays. Nelida Pozo Kudo, directrice du service du patrimoine national du Chili, et José Luis Castro Montecinos, directeur adjoint de la douane chilienne, ont officiellement remis les précieuses découvertes paléontologiques à l’ambassadrice du Maroc au Chili, Kenza El Ghali.

Cette cérémonie a mis en lumière la collaboration fructueuse entre le Maroc et le Chili, notamment dans le domaine de la préservation du patrimoine fossile à haute valeur scientifique. Nelida Pozo Kudo a souligné l’engagement des deux nations dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, conformément aux normes internationales.

Irwin Brevis, secrétaire technique du Conseil des monuments nationaux du Chili, a exprimé sa fierté d’avoir contribué à la restitution de ce patrimoine préhistorique, soulignant l’importance de la coordination et de la coopération internationale dans de telles initiatives. Il a notamment mis en avant le rôle crucial des institutions et de la coopération internationale dans la résolution de ces questions.

Kenza El Ghali, ambassadrice du Maroc à Santiago, a exprimé sa gratitude envers les autorités chiliennes pour leur coopération étroite au cours des cinq dernières années dans le règlement de cette affaire. Elle a fermement condamné le trafic illicite d’antiquités et de fossiles, insistant sur la nécessité d’imposer des sanctions sévères contre les contrevenants.

La diplomate marocaine s’est également réjouie de voir ces trésors paléontologiques retrouver leur terre d’origine, soulignant l’importance symbolique de leur retour au Maroc.

Avant la cérémonie de restitution, les Bibliothèques nationales du Maroc et du Chili ont signé un accord de coopération en matière de patrimoine documentaire. Cet accord vise à renforcer les échanges culturels entre les deux pays, en favorisant le partage de publications, d’outils de recherche et l’organisation d’événements communs. Il prévoit également une coopération renforcée dans des domaines tels que la numérisation et la restauration de documents historiques, contribuant ainsi à approfondir les liens culturels entre le Maroc et le Chili.