dimanche, mars 3, 2024
Faits diversInternationalNational

Maroc : démantèlement d’une cellule de recruteurs de Daech

Spread the love

MAROC : DÉMANTÈLEMENT D’UNE CELLULE DE RECRUTEURS DE DAECH

Terrorisme: le Bureau central d’investigations judiciaires* démantèle une cellule de recruteurs de Daech dans plusieurs villes du Maroc

*Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) est un service de sûreté marocain de haut niveau fondé en 2015, basé à Salé et dépendant de la Direction générale de la surveillance du territoire. Son directeur actuel est Cherkaoui Haboub, ancien patron de la Brigade nationale de la police judiciaire.

Ces 29 et 30 janvier, le Bureau central d’investigations judiciaires a réussi à démanteler une cellule de recruteurs (de terroristes) opérant sur le territoire. Cette cellule, composée de quatre individus, était activement impliquée dans le recrutement de jihadistes agissant pour le compte des antennes de Daech opérant dans la région du Sahel.

Selon un communiqué officiel du Bureau central d’investigations judiciaires, les quatre suspects ont été appréhendés dans différentes villes, à savoir Casablanca, Beni Mellal, Inzegane et Tanger. Ces individus, âgés entre 35 et 40 ans, étaient soupçonnés d’avoir joué un rôle crucial dans le recrutement de jihadistes au profit des activités de Daech dans la région du Sahel.

Les perquisitions menées par les enquêteurs ont abouti à la saisie de divers éléments, notamment des matériels électroniques, des liasses de billets dont la somme n’a pas été précisée, des coutelas, des cagoules, des gants et même un fusil.

Dans le cadre de l’enquête en cours, les quatre individus ont été placés en détention sous la supervision du parquet compétent. Cette démarche vise à approfondir les investigations et à garantir que toute la lumière soit faite sur les activités de cette cellule terroriste.

Cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts soutenus des services sécuritaires du Royaume visant à contrer les menaces terroristes à l’échelle internationale. Elle démontre également l’engagement continu du Maroc à faire face aux groupes extrémistes, que ce soit Daech (l’État islamique) ou d’autres mouvances radicales, particulièrement dans la région du Sahel, une zone sensible aux activités terroristes.