jeudi, février 22, 2024
National

L’Espagne se félicite de l’élection du Maroc à la tête du CDH de l’ONU

Spread the love

L’ESPAGNE SE FÉLICITE DE L’ÉLECTION DU MAROC À LA TÊTE DU CDH DE L’ONU

L’Espagne se félicite de l’élection du Maroc à la tête du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies

Le gouvernement espagnol, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, s’est fondu d’éloges et a félicité l’élection du Maroc à la présidence du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies.

Nous nous félicitons qu’un pays ami et voisin occupe cette position internationale», a affirmé José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération dans un entretien au journal «El Periodico», publié lundi.

Le Royaume a été élu à la présidence du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU pour l’année 2024, lors d’un vote tenu mercredi à Genève. Sur les quarante-sept membres du Conseil des droits de l’Homme, trente ont appuyé la candidature du Maroc, face à celle de l’Afrique du Sud, qui n’a recueilli que 17 votes.

«Le Maroc est un partenaire stratégique» pour l’Espagne, a relevé par ailleurs le chef de la diplomatie de notre pays voisin, saluant l’«excellence» des relations entre les deux pays basées sur «l’amitié et la confiance».

La dernière Réunion de Haut Niveau, tenue les 1 et 2 février derniers à Rabat, a été couronnée par la signature du «plus grand nombre d’accords dans l’histoire de ces réunions», a rappelé José Manuel Albares, faisant observer que la Réunion de Haut Niveau a été un «énorme succès sur des questions très importantes».

«Il n’est pas si évident qu’entre deux pays voisins, il y ait une feuille de route. L’Espagne et le Maroc y sont parvenus», a-t-il souligné, précisant que depuis l’adoption de cette nouvelle feuille de route, les relations entre les deux pays ont connu un développement notable dans tous les domaines.

À ce titre, le chef de la diplomatie espagnole a cité les résultats obtenus en matière de lutte contre l’immigration irrégulière et le terrorisme ainsi que la hausse des échanges commerciaux, se disant «convaincu» que le nombre de migrants irréguliers arrivant en Espagne «serait très élevé sans la collaboration du Maroc».