jeudi, février 22, 2024
National

Maroc : polémique sur des livraisons de carburant à domicile

Spread the love

MAROC : POLÉMIQUE SUR DES LIVRAISONS DE CARBURANT À DOMICILE

La Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants de stations-service manifeste son inquiétude face à une pratique qui s’est répandue dans certaines régions, consistant à utiliser des camions-citernes équipés d’une pompe pour distribuer des carburants en dehors des circuits légaux.

Dans une démarche proactive pour contrer cette activité illégale, l’organisation a initié une action juridique en déposant une plainte auprès du Procureur du roi près du tribunal de première instance de Rabat. Cette plainte vise spécifiquement le propriétaire d’un camion-citerne qui propose un service de livraison de carburant à domicile, incluant même la possibilité de paiement par carte bancaire grâce à un terminal de paiement électronique (TPE).

La Fédération a sollicité l’intervention de la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leïla Benali, pour mettre un terme à cette pratique qu’elle qualifie de « dangereuse et illégale ».

La Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants de stations-service a informé la ministre, par le biais d’une lettre, de la réception de multiples correspondances en provenance de différentes régions. Ces courriers font état de la présence de camions-citernes qui distribuent du carburant en violation des réglementations en vigueur.

Les membres de la Fédération cherchent à attirer l’attention sur la gravité et les dangers associés à ces pratiques, soulignant également les impacts négatifs sur l’économie nationale et le préjudice causé aux opérateurs exerçant dans le secteur formel.

La Fédération nationale des propriétaires, commerçants et gérants de stations-service condamne fermement ces pratiques, les considérant comme des violations des règles de concurrence, et appelle la ministre à ouvrir une enquête approfondie. L’objectif est de mesurer l’ampleur de ce phénomène et de s’assurer de la conformité de ces pratiques aux normes de qualité et de sécurité exigées par les autorités compétentes.