dimanche, mars 3, 2024
EconomieInternationalNationalSociété

Habillement : l’inflation affecte les exportations du Maroc

Spread the love

HABILLEMENT : L’INFLATION AFFECTE LES EXPORTATIONS DU MAROC

Après avoir connu des taux de croissance annuels impressionnants de 24% en 2021 et de 19,6% en 2022, le secteur des exportations textiles au Maroc a malheureusement enregistré une baisse significative de 15,3% à la fin de septembre de l’année en cours par rapport à la même période en 2022, portant le total à 1,93 milliard d’euros.

L’année 2023 a été une période particulièrement difficile pour les exportateurs marocains dans le domaine de l’habillement, comme le révèlent les données les plus récentes publiées par le Cercle euro-méditerranéen des dirigeants textile-habillement (Cedith). Malgré cette baisse, le Maroc a réussi à maintenir sa position en tant que huitième fournisseur d’habillement de l’Union européenne.

Dans l’ensemble, les importations d’habillement de l’Union européenne ont subi une contraction notable, chutant à 63,51 milliards d’euros à la fin de septembre, soit une réduction de 14,1% par rapport à la même période de l’année précédente. Jean-François Limantour, président du Cercle euro-méditerranéen des dirigeants textile-habillement (Cedith), explique que cette situation reflète la morosité qui règne sur le marché européen de l’habillement, accentuée par une inflation élevée ayant des répercussions sur les habitudes de consommation vestimentaire.

Parmi les principaux fournisseurs, la Chine (-20,2%), le Bangladesh (-17,7%) et la Turquie (-12,7%) ont tous enregistré des diminutions significatives de leurs exportations vers l’Union européenne.

En revanche, la Tunisie se distingue en affichant une croissance de 7,1%, une performance attribuée à son positionnement sur le haut/moyen de gamme. Ce créneau demeure attractif pour les consommateurs européens aisés, qui continuent d’acquérir des vêtements avec enthousiasme, principalement en raison de l’absence de contraintes budgétaires parmi les consommateurs qui vivent dans l’aisance et pour qui la hausse des prix importe peu.