mercredi, juin 19, 2024
NationalsantéSociété

Le tabac tue environ 17.000 Marocains par an

LE TABAC TUE ENVIRON 17.000 MAROCAINS CHAQUE ANNÉE

Selon les statistiques du ministère de la Santé au Maroc, le tabagisme affecte de manière disproportionnée les hommes par rapport aux femmes.

En effet, un homme marocain sur quatre est fumeur, tandis que la prévalence du tabagisme chez les femmes est beaucoup plus faible, avec seulement quatre femmes sur mille (soit 0,4%) qui fument.

Cette disparité met en évidence une différence significative dans les habitudes de consommation de tabac entre les genres dans le pays.

Au Maroc, le fléau de la cigarette engendre un lourd tribut sur la population, avec des conséquences dramatiques en termes de décès et de maladies liés au tabagisme.

Selon les informations relayées par le journal Assabah le 1er juin, le pays enregistre environ 17 000 décès par an, soit une moyenne de plus de 46 décès quotidiens directement ou indirectement causés par le tabac.

Il est important de souligner que 22,4% des personnes dépendantes au tabac finissent par succomber à cette dépendance.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme que le tabagisme reste la principale cause de décès et de maladies évitables à travers le monde.

La Journée internationale sans tabac, célébrée le 31 mai, permet de sensibiliser à ces dangers et d’encourager les fumeurs à arrêter.




Ceci tout en incitant les gouvernements à adopter des politiques antitabac plus efficaces.

Dans le contexte spécifique du Maroc, Assabah rapporte les statistiques alarmantes émanant du rapport du réseau « Tobacco Atlas ».

Chaque jour, 48 adultes, dont 39 hommes, meurent en raison du tabagisme dans le pays.

Les femmes fumeuses courent un risque de 4,4% de mourir de complications liées au tabac, tandis que ce chiffre atteint 18% chez les hommes.

Ces données mettent en évidence le fait que la cigarette tue davantage chez les hommes, probablement en raison de leur plus grande prévalence du tabagisme.

L’Organisation mondiale de la santé a choisi cette année le thème « Cultivons des aliments, pas du tabac » pour sensibiliser à la nécessité de réorienter les agriculteurs hors de la culture du tabac, qui les maintient dans une dépendance économique.

Les États sont encouragés à accompagner les producteurs dans la recherche d’alternatives afin de substituer d’autres cultures au tabac.

Cette transition est essentielle, car la culture du tabac entraîne des problèmes de santé pour les agriculteurs et leurs employés, tout en provoquant des pertes irréversibles de ressources naturelles précieuses, comme les sources d’eau, les forêts et la biodiversité.

Le thème de cette année ne se concentre pas directement sur le Maroc.




Mais il est primordial de souligner les multiples dangers du tabagisme qui font du tabac la principale cause de décès et de maladies évitables.

Selon les données récentes du ministère de la Santé et de la protection sociale, la prévalence du tabagisme au Maroc est estimée à 13,4% chez les adultes de plus de 18 ans, avec une prévalence de 26,9% chez les hommes et de 0,4% chez les femmes.

Parmi les élèves âgés de 13 à 15 ans, la prévalence du tabagisme est de 6%, tandis que près de 35,6% de la population est exposée au tabagisme passif dans les lieux publics et professionnels.

Ces chiffres témoignent de l’importance de continuer à sensibiliser la population marocaine aux risques du tabagisme et à encourager la mise en place de mesures préventives et de politiques antitabac plus efficaces afin de réduire la prévalence du tabagisme et de protéger la santé de la population marocaine.

Il est essentiel de continuer à informer sur les conséquences néfastes du tabac et d’encourager les fumeurs à arrêter cette habitude, tout en créant un environnement favorable à une société sans tabac.

Cela nécessite une collaboration entre les autorités sanitaires, les organisations de la société civile et la population dans son ensemble pour lutter contre cette épidémie et préserver la santé et le bien-être de tous.