dimanche, avril 21, 2024
InternationalNationalSociété

Les États-Unis doivent soutenir le Maroc contre l’Algérie

SAHARA MAROCAIN: VOILA POURQUOI LES ÉTATS-UNIS DOIVENT SOUTENIR LE MAROC CONTRE L’ALGÉRIE (MAGAZINE NEWSWEEK)

Le magazine américain Newsweek a publié une tribune sur le conflit au Sahara et le rôle des grandes puissances telles que les États-Unis, la Russie et la Chine.

Selon l’auteur de l’article, Gordon G. Chang, les États-Unis devraient soutenir le Maroc car l’Algérie est l’acteur principal derrière la marionnette du Polisario.

Il analyse les revendications des membres de la milice séparatiste du Polisario, la position du Maroc, l’intervention cachée de l’Algérie et l’intérêt de la communauté internationale pour le maintien de la paix en Afrique du Nord.

Selon l’article, le Maroc est en conflit depuis plusieurs décennies avec l’Algérie et le groupe du front Polisario, qui est « essentiellement un mandataire algérien » contrôlant la RASD, la République arabe sahraouie démocratique, autoproclamée et non reconnue par l’ONU.

L’Algérie soutient le Polisario avec de l’argent, des armes et une formation militaire, confirme l’auteur.

Gordon G. Chang suggère également que, même si l’argument de l’autodétermination poussé par l’Algérie et le Polisario est « émotionnellement puissant », il faudrait d’abord que l’Algérie soit un exemple en termes de démocratie, de respect des droits humains et des libertés, et qu’elle permette l’autodétermination des groupes, comme le Polisario, au sein de son territoire.




« Mais l’Algérie, un État de plus en plus dur, n’est pas en mesure de promouvoir les droits individuels », résume-t-il.

En ce qui concerne les Sahraouis, l’auteur de l’article déclare qu’ils « s’identifient comme un peuple et ont, au moins à première vue, une revendication légitime à l’autodétermination.

Pourtant, il n’est pas clair que les Sahraouis aient droit à un État qui leur soit propre ».

Selon lui, les visées du Polisario sont de nature à « diviser le Maroc », et s’il devait y avoir un État sahraoui indépendant, il se demande quels autres groupes auraient alors le droit de former leur propre État.

L’ancien ambassadeur américain au Maroc (2003-2009), Thomas Riley, interrogé sur ce sujet, a indiqué que de toute évidence, « le Sahara occidental ne serait pas un État durable » s’il devait venir à exister.

Le diplomate cité dans le texte affirme que le Maroc est un pays stable et pacifique, contrairement à ses voisins de l’Est et du Sud, notamment l’Algérie, qui est actuellement troublée.

Cependant, si les chefs de la milice séparatiste du Polisario/RASD devaient gouverner, ils auraient du mal à échapper aux problèmes qui tourmentent leurs voisins.

En conséquence, le peuple sahraoui ne gagnerait rien à vivre dans des turbulences perpétuelles.

Le diplomate souligne également que l’Algérie est le réel commanditaire derrière le Polisario et la RASD, et que ce pays a versé des sommes colossales depuis près de 5 décennies pour diviser le Maroc et menacer sa sécurité à travers un groupe qui ne porte pas son nom, mais porte sa signature.




Cette situation est inquiétante du point de vue géopolitique, car le principal bailleur de fonds de la RASD, l’Algérie, a lui-même des bailleurs de fonds dangereux tels que la Russie et la Chine.

Vivre en Algérie est comme vivre en Russie et en Chine, selon le diplomate, car les Russes et les Chinois s’y sentent à l’aise.

Le diplomate estime qu’il est important pour les États-Unis de soutenir leurs amis plutôt que leurs ennemis dans le contexte actuel, et que le Maroc, avec sa tendance occidentale, est un partenaire naturel pour les États-Unis.

Il considère que la Russie et l’Algérie, avec leur tendance chinoise, ne sont pas des partenaires naturels pour les États-Unis.

Selon lui, la Chine joue un rôle dans le dossier du Sahara en acheminant de l’argent via l’Iran et ses mandataires vers les ennemis du Maroc, en particulier le Polisario.

Dans ce contexte, Newsweek affirme que les États-Unis doivent soutenir plus ardemment et rapidement le Maroc, car il ne faudrait pas grand-chose à Moscou et à Pékin pour créer une crise si l’Amérique se détournait de son allié de longue date.

En effet, des sociétés écran installées en Chine ont été récemment découvertes, qui servaient à détourner la vente d’armes iraniennes sous embargo.

Il est donc important de soutenir le Maroc pour éviter une crise supplémentaire dans un monde déjà instable.