vendredi, avril 12, 2024
InternationalNationalPolitiqueSociété

Benkirane critique Bourita pour avoir « défendu » Israël

ABDELILAH BENKIRANE CRITIQUE LE CHEF DE LA DIPLOMATIE MAROCAINE NASSER BOURITA POUR AVOIR « DÉFENDU » ISRAËL

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a été critiqué par le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelilah Benkirane, pour avoir prétendument « défendu l’entité s¡oniste » lors de réunions avec des responsables africains et européens.




Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dénoncé les propos du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, lors d’une rencontre avec le commissaire européen au voisinage et à l’élargissement Olivér Várhelyi la semaine dernière, au cours de laquelle il a évoqué la coopération régionale tripartite et les « opportunités qu’elle accorde pour le développement entre le Maroc, la Commission européenne et Israël. »

Le secrétaire général du Parti de la justice et du développement, Abdelilah Benkirane, a déclaré : « Alors que l’occupation israélienne poursuit son agression criminelle contre nos frères palestiniens, en particulier à Naplouse, le ministre des Affaires étrangères du Maroc apparaît comme un défenseur d’Israël ».

Le chef du PJD Abdelilah Benkirane a souligné « la position nationale qui place la cause palestinienne au même niveau que notre cause nationale ».

Le secrétaire général du Parti de la justice et du développement a noté que « le devoir religieux, historique et humanitaire exige de redoubler d’efforts à ce stade critique de la défense de la Palestine et de Jérusalem face à l’escalade des provocations et pratiques sionistes agressives. »

Le parti politique marocain de droite a précédemment mis en garde contre la normalisation des liens avec l’État d’occupation d’Israël et a tenté de bloquer deux projets d’accords avec Israël qui ont été approuvés par la Chambre des représentants.

Le Royaume du Maroc a accepté de rétablir des liens avec Israël en décembre 2020 en échange de la reconnaissance par les États-Unis de sa souveraineté sur son Sahara occidental.

La question du Sahara Oriental est en suspens. À savoir que la France coloniale avait étendu les frontières de l’Algérie française en prenant des territoires considérables du Maroc.