dimanche, mai 19, 2024
InternationalNational

La réponse du Maroc à Macron : « Nos relations ne sont ni bonnes ni amicales »

LA RÉPONSE DU MAROC À MACRON : « NOS RELATIONS NE SONT NI BONNES NI AMICALES »

Le président français Emmanuel Macron a qualifié ses relations avec le roi Mohammed 6. Il a dit dans son discours consacré aux relations entre la France et l’Afrique que sa «mvolonté est vraiment d’avancer avec le Maroc. Sa Majesté le roi le sait. Nous avons eu plusieurs discussions, les relations personnelles sont amicales ; elles le demeureront. Il n’en est rien, réplique-t-on à Rabat.




Le 27 février dernier, le président français Emmanuel Macron a prononcé un discours sur les relations entre la France et l’Afrique, suivi d’une conférence de presse à l’Élysée.

Au cours de cette conférence de presse, le président français a reconnu que les relations entre la France et le Maroc étaient tendues, en grande partie à cause de l’affaire Pegasus et du vote hostile du Parlement européen envers le royaume marocain.

Néanmoins, Emmanuel Macron a souligné que ses relations personnelles avec le roi Mohammed VI étaient « amicales » et le resteraient malgré ces tensions.

Il avait dit que sa « volonté est vraiment d’avancer avec le Maroc. Sa Majesté le roi le sait. Nous avons eu plusieurs discussions, les relations personnelles sont amicales ; elles le demeureront. »

Cependant, une source officielle au sein du gouvernement marocain interrogée par le magazine Jeune Afrique a affirmé que les relations entre les deux pays n’étaient ni amicales ni bonnes, et que les deux sujets de tensions évoqués par Macron ne faisaient que refléter la situation actuelle.




Selon cette source, il y a d’autres points de tension tels que la restriction arbitraire des visas pour les citoyens marocains, une campagne médiatique contre le Maroc, ainsi que le harcèlement judiciaire.

De plus, les autorités marocaines estiment que les médias et certains milieux français sont impliqués dans l’affaire Pegasus, et que le vote du Parlement européen n’aurait pas été possible sans l’implication du groupe Renew, dominé par la majorité présidentielle française et présidé par Stéphane Séjourné, dont les liens avec l’Élysée sont connus.

Selon la source, ces deux affaires font partie d’une offensive visant à avoir une influence sur le Maroc et à contenir ses choix internes et de politique étrangère.

Les autorités marocaines ont également exprimé leur mécontentement quant aux commentaires d’Emmanuel Macron sur la diaspora maghrébine en France, affirmant que cela sous-entendait que le Maghreb n’existait qu’en France.

Cette remarque a été considérée comme « dure » et « inutile » par l’interlocuteur de Jeune Afrique.




En ce début de mois de mars, le président français Emmanuel Macron et le roi du Maroc Mohammed 6 séjournent tous les deux au Gabon, mais aucune rencontre n’est prévue entre eux.

Les relations entre les deux pays restent tendues malgré les efforts d’Emmanuel Macron de minimiser la crise avec le Maroc et de consciemment éviter d’aborder le point central de cette crise, à savoir la question du Sahara marocain.

Le roi Mohammed 6 a exhorté, samedi 20 août 2022, les pays partenaires du Maroc à « clarifier » leur position sur la question du Sahara marocain et à le soutenir « sans aucune équivoque ».

Le dossier du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international, avait déclaré le roi Mohammed 6.

« S’agissant de certains pays comptant parmi nos partenaires, traditionnels ou nouveaux, dont les positions sur l’affaire du Sahara sont ambiguës, nous attendons qu’ils clarifient et revoient le fond de leur positionnement, d’une manière qui ne prête à aucune équivoque », avait dit le Souverain.