dimanche, février 25, 2024
InternationalNational

Maroc-Espagne: les relations « ne peuvent être qu’une politique d’État »

Spread the love

LES RELATIONS ENTRE LE MAROC ET L’ESPAGNE « NE PEUVENT ÊTRE QU’UNE POLITIQUE D’ÉTAT » (JOSÉ MANUEL ALBARES)

Le Maroc est un pays d’une « importance cruciale » pour l’Espagne et l’Europe, a souligné le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, assurant que les relations entre Rabat et Madrid constituent une « politique d’État ».




« Les relations avec le Maroc ne peuvent être qu’une politique d’État. Le Maroc est un pays important pour l’Espagne et pour l’Europe », a dit José Manuel Albares, mardi, devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat espagnol, lors d’une séance consacrée aux priorités de la politique extérieure de l’Espagne en 2023.

« La feuille de route que nous avons élaborée avec le Maroc progresse au rythme établi, comme l’ont constaté les deux parties », a relevé le chef de la diplomatie espagnole.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération a rappelé, à cet effet, que la Réunion de Haut Niveau qui s’est tenue les 1er et 2 février à Rabat, la première depuis huit ans et la première à avoir lieu au Maroc depuis 11 ans, a donné lieu au plus grand nombre d’accords en 30 ans de réunions de haut niveau avec le Maroc, soit une vingtaine.

« Nous avons signé d’importants accords pour continuer à soutenir la présence de nos entreprises au Maroc, qui, avec environ 12.000 millions d’euros d’exportations et 20.000 millions de commerce global en 2022, est déjà notre troisième marché en dehors de l’Union européenne, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni », a-t-il soutenu.

Il a fait noter que plus de 1.100 petites et moyennes entreprises espagnoles ont des liens commerciaux avec le Maroc.




« Lors de la Réunion de Haut Niveau de Rabat, les deux pays ont conclu des accords dans des secteurs stratégiques dans lesquels l’Espagne a de l’expérience et une capacité compétitive, comme l’eau, les infrastructures et les chemins de fer, et dans lesquels le Maroc prévoit de grands investissements à l’avenir, jusqu’à 40 milliards d’euros dans les chemins de fer dans les prochaines années et près de 14 milliards d’euros dans l’eau jusqu’en 2027 », a poursuivi José Manuel Albares.

Après avoir mis en avant la coopération bilatérale en matière de lutte contre l’immigration clandestine et les cellules terroristes « dans un contexte régional très difficile, le plus difficile depuis plusieurs décennies », le ministre espagnol a signalé que la nouvelle étape entre les deux pays est distinguée par « un nouveau chapitre très important, à savoir l’éducation et la culture ».

« Nos sociétés doivent mieux se connaître, et c’est pourquoi nous avons signé un accord pour instaurer de nouvelles sections bilingues dans les écoles marocaines avec un potentiel allant jusqu’à 100 écoles, et la construction d’un nouveau lycée public espagnol à Rabat », a détaillé le chef de la diplomatie espagnole.

« Nous allons poursuivre ce travail dans un climat de calme, de sérénité, conformément à la feuille de route que nous avons convenue ensemble, pour la consolider, pour la rendre irréversible », a conclu José Manuel Albares.