jeudi, avril 25, 2024
InternationalNationalSociétésport

The New York Times: le Mondial 2022 « sera toujours la Coupe du Monde du Maroc »

THE NEW YORK TIMES : LE MONDIAL 2022 « SERA TOUJOURS LA COUPE DU MONDE DU MAROC »

« Quelle que soit l’équipe qui sortira triomphante dimanche, quelle que soit l’histoire qui sera transformée en destin, d’une certaine manière, cette Coupe du Monde sera toujours celle du Maroc.. celle qui en a fait un pionnier, un briseur de record, une empreinte qui ne s’estompera pas », a commenté le magazine américain The New York Times » dans un article paru après la défaite du Maroc devant la France (2-0) mercredi en demi-finale de la Coupe du Monde.




Dans un article intitulé « Le Maroc a tout donné. Il avait besoin d’un petit plus devant la France », la publication rappelle que « c’est ici que le Maroc est devenu la première équipe du Monde arabe à atteindre un quart de finale du Mondial.

Quelques jours après, elle est devenu la première équipe africaine à prolonger son parcours jusqu’en demi-finale.

Qu’elle n’ait pas pu battre la France dans un match haletant au stade Al Bayt n’efface pas ces exploits.

Ceci n’altère pas le fait que c’est au Qatar que le Maroc a prouvé à une génération entière qu’elle pouvait produire des miracles (…) et où le Maroc a, selon son entraîneur Walid Regragui, redéfini les limites de ce qui était possible ».




Faisant également l’éloge de la combativité des joueurs marocains qui n’ont pas baissé les bras dans ce match, ni dans les précédents malgré les blessures, le journal estime que les joueurs marocains, en surclassant des équipes comme la Belgique, l’Espagne et le Portugal, ont « illuminé ce tournoi, inspiré un continent, refaçonné les contours du possible ».

« C’est donc là que ce termine ce parcours. Mais ce n’est pas comme cela que le verront, dans les semaines, les mois et les années à venir, le Maroc, l’Afrique et tous les pays qui ont vu dans le Maroc un reflet d’eux-même. Cette Coupe du Monde, la Coupe du Monde du Maroc, sera plutôt gravée dans les mémoires comme un début », conclut l’article.