jeudi, avril 18, 2024
InternationalNationalSociété

Voici où en est le projet de Ligne à Grande Vitesse Marrakech-Agadir

Voici où en est le projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) Marrakech-Agadir




En réaction à certaines informations “erronées” sur les évolutions de la ligne à grande vitesse Marrakech-Agadir, l’Office national des chemins de fer (ONCF) apporte des précisions.

Dans le cadre des études structurantes et prospectives pour le développement futur du réseau ferré national, l’Office national des chemins de fer a lancé un appel d’offres international avec une clause de préférence nationale, portant sur les « Prestations d’études détaillées d’infrastructure, génie civil, équipements ferroviaires, système d’exploitation ferroviaire nécessaires à la ligne à grande vitesse entre Kénitra et Marrakech et au niveau du hub de Casablanca », précise l’office dans un communiqué.

Le marché se décompose en trois lots relatifs aux tronçons Kénitra-Aïn Sebaa, Aïn Sebaa-Nouaceur et Nouaceur-Marrakech, lesquels ont été adjugés à des cabinets marocains en groupement avec des cabinets français et/ou coréens, est-il encore précisé.



Un groupement conduit majoritairement (80%) par un bureau d’études national de renommée jouissant d’une expertise de plus de 40 ans dans le métier a remporté le lot relatif au tronçon Nouaceur-Marrakech, fait savoir la même source.

Il a été associé à deux entreprises sud-coréennes (20%), pour un montant de 66,5 millions de dirhams (Hors taxes). Des dizaines d’entreprises marocaines, notamment de travaux publics, ont contribué à l’aboutissement de cet appel d’offres international.

Ces entreprises marocaines ont totalisé, à elles seules, près de 90% du montant des travaux de génie civil et des ouvrages d’art, poursuit l’Office national des chemins de fer.

Et de conclure : « Si l’expertise des bureaux d’études nationaux n’est plus à démontrer, pour relever les défis de projets titanesques tels que la ligne à grande vitesse, il est clair que l’ingénierie nationale est bel et bien mobilisée pour accompagner la poursuite et la concrétisation de la grande marche de développement du royaume, menée sous la conduite clairvoyante du roi Mohammed VI ».