mardi, avril 23, 2024
InternationalPolitique

De nouvelles révélations sur l’affaire Brahim Ghali

De nouvelles révélations sur l’affaire Brahim Ghali




Des révélations publiées dans un journal espagnol tendent à prouver que l’Espagne voulait éviter une crise diplomatique avec le Maroc en envisageant de transférer le leader du Polisario Brahim Ghali au Portugal avant d’autoriser son admission d’urgence à l’hôpital de San Millán de la ville Logroño sous fausse identité.




Le gouvernement de Pedro Sanchez comptait envoyer Brahim Ghali touché par le Covid-19 au Portugal avant d’y renoncer, préférant l’accueillir sur son territoire sous le nom d’emprunt de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne, rapporte Nusdiario.

Les autorités espagnoles et algériennes avaient eu le temps nécessaire pour étudier l’évacuation du leader du Polisario.

Le 16 avril dernier, le chef du groupe séparatiste armé polisario Brahim Ghali avait reçu une assistance respiratoire par intubation à l’hôpital central de l’armée algérienne, où il avait été admis le 13 avril pour détresse respiratoire.




Il sera évacué le 18 avril en Espagne. Un transfert étudié en l’espace de six jours. La cheffe de la diplomatie espagnole, Arancha Gonzales Laya avait soutenu cette décision prise par le Premier ministre, Pedro Sanchez (un accord tacite avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune, NDLR).

Le ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska avait par contre affiché son opposition à l’accueil de Brahim Ghali.

Madrid a finalement accepté d’accueillir sur son territoire le chef des séparatistes pour « raisons humanitaires », provoquant ainsi de nouvelles tensions entre elle et Rabat. Des tensions qui sont loin de retomber.