jeudi, juillet 18, 2024
InternationalNational

Sahel : le chef de la diplomatie marocaine tacle l’Algérie

Sahel : le chef de la diplomatie marocaine tacle l’Algérie

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a émis des critiques envers l’Algérie lors d’une conférence de presse qu’il a animée avec son homologue burkinabé, Karamoko Jean Marie Traoré. Nasser Bourita a affirmé que le Maroc réprouve toute forme d’intervention étrangère dans les affaires des nations du Sahel.

Nasser Bourita a dénoncé «les ingérences de certains pays d’Europe ainsi que celui d’un pays qui partage une partie des frontières avec les pays de la région du Sahel».

Il a tenu à souligner l’opposition du Maroc à ceux qui, se sentant en droit de donner des leçons ou pensant qu’il leur suffit de partager des frontières avec le Sahel pour exercer une politique de chantages.

Nasser Bourita a reproché à certaines nations voisines du Sahel de chercher à régler leurs problèmes personnels en faisant peser une menace sur la stabilité régionale, ajoutant que l’approche du Maroc est basée sur l’assurance que ces pays sont capables de résoudre leurs propres problèmes.

«Le Maroc est contre l’ingérence au Sahel, contre les politiques de donneurs de leçons au Sahel et contre les politiques de ceux qui considèrent que parce qu’ils ont des frontières avec le Sahel, ils peuvent opter pour des politiques de chantage», a dénoncé Nasser Bourita en expliquant que «malheureusement, ce ne sont pas seulement les visions de pays européens, mais même dans le voisinage du Sahel il y a des pays qui pensent qu’ils peuvent gérer le Sahel par le chantage et régler leurs problèmes aux dépens de la stabilité du Sahel».

Le ministre marocain des Affaires étrangères a salué l’approbation des pays du Sahel à l’initiative dévoilée le 6 novembre 2023 par le roi Mohammed VI, qui leur permettrait un accès à l’océan Atlantique. Nasser Bourita a précisé que l’objectif n’était pas d’imposer une initiative prémâchée aux pays du Sahel mais de leur permettre de la façonner à leur manière, de se l’approprier. «Le Maroc n’a jamais été dans cette logique de régler les problèmes par le chantage, il est dans la logique quant à la capacité de ces pays à régler eux-mêmes leurs problèmes, car la politique du Roi et du Maroc est une politique d’accompagnement, pas une politique de substitution»

Le ministre a rappelé que la Task Force, qui a été mise en place par le Maroc, le Mali, le Niger et le Burkina Faso, avait étudié l’activation de cette initiative il y a deux semaines pour rendre opérationnelle cette initiative royale d’accès à l’océan Atlantique.

Selon le chef de la diplomatie marocaine, il est impératif de faire confiance aux pays du Sahel pour élaborer leur propre vision. Il a affirmé qu’ils n’ont pas besoin de tuteurs, mais de partenaires.