mardi, mai 28, 2024
Faits diversInternationalSociété

La Corée du Sud condamnée à donner 7.321 dollars à un marocain

LA CORÉE DU SUD CONDAMNÉE À DONNER 7321,50 DOLLARS À UN MAROCAIN

Une compensation financière de 10 millions de wons, soit environ 7321,50 dollars américains (1 won sud-coréen est égal à 0,00073 dollar américain) a été accordé à un individu originaire du Maroc, en raison de traitements cruels et inhumains qu’il a eu dans un centre de détention en Corée du Sud.

Un tribunal sud-coréen, situé dans le district central de Séoul, a statué sur cette affaire près de trois ans après l’incident qui s’est déroulé au centre de rétention pour les immigrants de Hwaseong, situé à environ 40 kilomètres au sud de Séoul, le cœur politique, économique et culturel de la Corée du Sud. Durant cet événement survenu en mars 2021, le marocain trentenaire a été soumis à des traitements inhumains, notamment en étant ligoté avec ses mains et ses pieds attachés derrière son dos.

En novembre 2021, le gouvernement sud-coréen a reconnu les accusations de mauvais traitements à l’encontre de cet individu, arrivé dans le pays en 2017 et placé en détention en mars 2021 suite à un ordre d’expulsion.

Le ministère de la Justice sud-coréen a admis que les traitements infligés à ce ressortissant marocain constituaient une violation flagrante des droits de l’homme, après que celui-ci ait déposé une plainte auprès de l’organisme national de surveillance des droits de l’homme, affirmant avoir été maltraité.

Les autorités ont également révélé que les responsables du centre de détention avaient ligoté les membres du détenu derrière son dos et l’avaient placé en isolement. Des preuves visuelles d’une caméra de surveillance, provenant de sources sud-coréennes, ont montré que cet individu est resté dans cette position humiliante pendant plus de quatre heures, portant un casque et attaché avec des câbles et du ruban adhésif.

Le ministère de la Justice a déclaré qu’une enquête avait confirmé la violation flagrante des droits de l’homme, mettant en évidence l’utilisation abusive d’équipements sur cet étranger, contrairement aux lois en vigueur.

Cette décision judiciaire est « historique », car c’est la première fois qu’un tribunal sud-coréen reconnaît la demande de dommages-intérêts d’un immigré pour des mauvais traitements subis dans un centre de détention.