dimanche, mars 3, 2024
InternationalSociété

Gaza : Israël intensifie ses bombardements

Spread the love

GAZA : ISRAËL INTENSIFIE SES BOMBARDEMENTS

L’armée israélienne intensifie ses bombardements dans la Bande de Gaza, la plus grande prison à ciel ouvert du monde.

Avertissant du risque d’un «désastre», même son allié inconditionnel américain vient de juger «excessive» la riposte israélienne. «Je pense que la riposte à Gaza, dans la bande de Gaza, a été excessive», a déclaré le président américain Joe Biden, dans une rare critique à l’égard d’Israël.

Cette déclaration est intervenue après intensifie ses frappes à Rafah où 2,4 millions de palestiniens sont actuellement réfugiés. La ville palestinienne de Rafah, située dans le Sud de la bande de Gaza, à la frontière égyptienne, comptait quelque 200.000 habitants avant le 7 octobre. Les États-Unis ont averti d’un «désastre» et assuré ne pas soutenir une opération «sans une planification sérieuse et crédible» concernant les civils sur place. «Mener une telle opération maintenant sans planification et sans réflexion dans une zone où un million de personnes sont abritées serait un désastre», a déclaré à la presse le porte-parole adjoint du département d’État, Vedant Patel.

À rappeler que les États-Unis, allié inconditionnel américain d’Israel, 12 millions d’autochtones sont morts à l’intérieur des frontières géographiques actuelles des États-Unis entre 1492 et 1900. Un bel exemple de « grand remplacement ». Tuer tout le monde, et prendre leur place.

La stratégie de l’occupant israélien a été de bombarder intensivement le nord, de forcer les palestiniens à se diriger vers le sud, de bombarder le nord et les convois qui se dirigeaient vers le sud pour finalement s’attaquer aux palestiniens au sud. En bref, c’est : allez vous réfugiez dans une zone « sûre » là-bas, puis on bombarde là-bas. Aucune zone n’est sûre dans la Bande de Gaza, qui, de camp de concentration se transforme en camp d’extermination.

Le chef des droits humains de l’ONU, Volker Türk, a averti que les destructions par l’armée israélienne de bâtiments dans la zone frontalière avec Israël à Gaza, dans le but de mettre en place une «zone tampon», constituaient un «crime de guerre».

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’est dit quant à lui «alarmé» l’opération terrestre israélienne qui «aggrave de façon exponentielle l’actuel cauchemar humanitaire dont les conséquences régionales sont déjà incalculables», a-t-il écrit sur le réseau social X.

Israël pilonne sans relâche le petit territoire palestinien, qu’il maintient sous blocus (terrestre, aérien et maritime) depuis 17 ans et sous un siège total depuis 4 mois (en interdisant l’entrée d’eau, de nourriture, de carburant, d’électricité, de médicaments, soins d’hygiène, etc.) Les femmes enceintes accouchent dehors (souvent de bébés morts-nés, celles suis ont leur règles n’ont pas de serviettes hygiénique te font ce qu’elles peuvent, des enfants se font amputer des membres sans anesthésie, des opérations chirurgicales ont lieu avec des instruments à usage unique qui servent plusieurs fois, etc. La liste est trop horrible pour être exhaustive.

Les palestiniens ne sont toutefois pas désespérés et louent Dieu. À noter que cette situation entraine actuellement la conversion à l’islam de dizaines de milliers de personnes à travers le monde.

Les bombardements et les opération terrestres de l’armée israélienne ont tué 27.947 Palestiniens, en grande majorité des femmes, des enfants et des adolescents, et fait plus de 70.000 blessés. Des milliers de personnes décédées (non comptabilisée dan s le nombre de morts) pourrissent sous les décombres.

En Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967 et où le Hamas n’est pas représenté, plus de 400 Palestiniens ont été tués par les soldats israéliens (des militaires) et les colons israéliens (des civils) depuis le 7 octobre, et des centaines de personnes ont été «arrêtées» arbitrairement par les forces israéliennes. Ces otages sont emprisonnés sans procès, avec des peines de prison indéfiniment reconductibles. À noter que plus de 2000 otages pastoriens sont actuellement dans des prisons israéliennes. Il y a parmi eux des enfants et des adolescents.

À noter que dans l’imaginaire israélien, on peut être un bébé et être considéré comme un terroriste. Voir la vidéo ci-dessous: