jeudi, avril 18, 2024
InternationalNationalSociété

Maroc : un pari gagnant dans l’industrie des batteries pour VE

MAROC : UN PARI GAGNANT DANS L’INDUSTRIE DES BATTERIES POUR VE

Maroc : un pari gagnant dans l’industrie des batteries au lithium pour véhicules électriques

Les sociétés chinoises amorcent actuellement leur incursion dans le secteur stratégique de la fabrication de batteries au lithium au Maroc, comme l’indique le journal L’Economiste dans son édition du mercredi 3 avril. BTR New Material Group ouvre la voie avec un projet d’implantation d’une unité de production de cathodes, élément essentiel des batteries équipant les véhicules électriques, pour un investissement colossal de 3 milliards de dirhams. Ce projet prévoit également la création de 2 500 emplois. L’usine devrait voir le jour en 2026, selon les informations récentes relayées par le quotidien.

Cette initiative est appelée à être suivie par d’autres acteurs du marché. En effet, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a révélé la mise en place d’un ambitieux plan d’investissement de l’ordre de 400 milliards de dirhams d’ici 2030, exclusivement dédié à la chaîne de valeur des batteries. Cette orientation stratégique souligne l’importance que le gouvernement marocain accorde au développement de ce secteur.

Le Maroc dispose de deux atouts majeurs qui le positionnent favorablement sur l’échiquier mondial. Tout d’abord, il bénéficie d’une compétitivité notable dans la production de batteries au lithium. Alors que le prix moyen du kilowattheure se situe actuellement entre 110 et 115 dollars, les usines marocaines peuvent produire des batteries au lithium à un coût unitaire avantageux de 70 dollars, représentant ainsi une différence de prix significative de 36%.

En outre, le Maroc est un acteur important dans le domaine de l’automobile, tant pour les véhicules thermiques que pour les véhicules électriques. Avec un marché national en expansion et la perspective de fortes exportations, le pays est bien positionné pour tirer parti de cette évolution. À titre d’exemple, alors que seulement 20% des voitures vendues dans le monde sont actuellement électriques, ce chiffre devrait doubler voire tripler dans les années à venir. En Europe, aucune voiture thermique ne sera vendue à partir de 2035. Avec un parc automobile mondial de 253 millions de voitures en 2021, seules 0,8% étaient électriques, selon les données de L’Economiste.

Ce contexte favorable ouvre des perspectives économiques considérables pour les investisseurs qui s’implantent dans la chaîne de valeur des batteries pour véhicules électriques au Maroc. Le ministère estime que ces investisseurs pourraient pratiquement doubler les exportations du pays, qui se sont chiffrées à 420 milliards de dirhams en 2022, en atteignant les 400 milliards de dirhams escomptés d’ici 2030. Cette dynamique pourrait ainsi renforcer la position du Maroc sur la scène internationale en tant que pôle majeur de production et d’exportation dans le domaine des technologies automobiles innovantes.