mercredi, avril 24, 2024
NationalSociété

Le Maroc est dans une situation de stress hydrique structurel

LE STRESS HYDRIQUE AU MAROC EST DÉSORMAIS STRUCTUREL

Le Maroc est entré, désormais, dans une situation de stress hydrique structurel, a affirmé, à Rabat, le président du Conseil économique, social et environnemental, Ahmed Réda Chami, à l’occasion d’une rencontre organisée à l’initiative du Club des journalistes accrédités au Maroc.

Une déclaration étonnante alors que le Maroc est officiellement en stress hydrique structurel depuis le début des années 2000, comme le rappelle un rapport de l’Institut Royal Des Études Stratégiques (ressource en eau douce inférieure à 1000 m³/habitant/an).

Invité à s’exprimer sur plusieurs questions d’actualité, Ahmed Réda Chami a relevé que le Maroc est entré dans une tendance de sécheresse très longue, dans laquelle le pays va connaitre de moins en moins de précipitations, précisant que ce problème structurel exige une réponse structurelle.

Se basant sur les résultats d’une étude parue dans la revue Nature, le président du Conseil économique, social et environnemental a relevé que des chercheurs australiens ont affirmé que le Maroc figure parmi cinq pays au monde qui seront touchés par le phénomène de raréfaction des précipitations de manière forte et mesurable durant les cinquante prochaines années.

Les Marocains ne sont, peut-être, pas encore conscients que l’eau va devenir une denrée rare, a averti Ahmed Réda Chami, appelant à changer les habitudes de consommation de cette ressource vitale.

La politique des barrages a été une décision visionnaire de feu le roi Hassan II, a rappelé le président du Conseil économique, social et environnemental, précisant que cette politique se poursuit toujours, notamment avec la construction de petits barrages collinaires, et que d’autres solutions sont également mises en place, notamment le dessalement de l’eau de mer.




LE STRESS HYDRIQUE DU MAROC

Le Maroc fait face à des défis importants en matière de stress hydrique, notamment en raison de sa géographie, de ses conditions climatiques semi-arides à arides et de la pression croissante sur les ressources en eau due à la croissance démographique, à l’urbanisation et à l’agriculture intensive.

Voici quelques points clés concernant le stress hydrique au Maroc :

Rareté des ressources en eau: Le Maroc est confronté à une pénurie chronique d’eau, en particulier dans les régions intérieures et méridionales du pays. Les précipitations sont irrégulières et inégales dans tout le pays, avec des périodes de sécheresse prolongées qui peuvent aggraver le problème.

Gestion inégale des ressources en eau: Bien que le Maroc dispose de plusieurs barrages et infrastructures hydrauliques pour stocker et gérer l’eau, la répartition de ces ressources est souvent inégale entre les différentes régions du pays. Les régions côtières ont souvent un meilleur accès à l’eau que les régions intérieures et montagneuses.

Pression démographique et urbanisation: La croissance démographique et l’urbanisation rapide exercent une pression supplémentaire sur les ressources en eau disponibles. Les besoins en eau des populations urbaines augmentent, tout comme la demande en eau pour l’agriculture, qui est un secteur économique crucial au Maroc.

Agriculture: L’agriculture représente une part importante de la consommation d’eau au Maroc. L’irrigation agricole, en particulier dans les régions où les cultures nécessitent des quantités importantes d’eau, contribue à la pression sur les ressources hydriques.

Changements climatiques: Les changements climatiques peuvent aggraver le stress hydrique en affectant les schémas de précipitations, en augmentant l’évaporation et en exacerbant les conditions de sécheresse. Le Maroc est particulièrement vulnérable à ces changements en raison de sa situation géographique et de son climat déjà aride.

Pour faire face à ces défis, le Maroc a mis en place diverses mesures, telles que la construction de barrages, l’adoption de techniques d’irrigation plus efficaces, la promotion de la conservation de l’eau, et la recherche de solutions innovantes telles que le dessalement de l’eau de mer. Cependant, le stress hydrique reste un défi majeur pour le pays, nécessitant une gestion prudente et durable des ressources en eau.