lundi, juillet 22, 2024
InternationalNationalSociété

Détournement des aides humanitaires : appel du Maroc à l’ONU

DÉTOURNEMENT DES AIDES HUMANITAIRES : APPEL DU MAROC À L’ONU

Organisation des Nations unies : Le Royaume du Maroc appelle à sanctionner le détournement des aides humanitaires

Le Royaume du Maroc juge opportun de renforcer le rôle de la Commission de la consolidation de la paix (PBC) pour faire de la sécurité alimentaire un élément central de la consolidation et de la pérennisation de la paix.

À New-York, le Maroc a ainsi appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à adopter des sanctions contre les responsables des détournements des aides humanitaires.

Cet appel a été lancé par le représentant permanent adjoint du Maroc auprès de l’ONU, Omar Kadiri, lors d’un débat public sur la famine et l’insécurité alimentaire mondiale engendrée par les conflits, présidé par le Secrétaire d’État américain Antony Blinken, dont le pays assume la présidence tournante du Conseil de sécurité pour le mois d’août.

Le diplomate marocain a rappelé, dans ce cadre, qu’il y a 5 ans, le Conseil de sécurité avait adopté à l’unanimité, la résolution 24 17 qui a mis en évidence le lien entre les conflits armés et la violence, d’une part, et l’insécurité alimentaire induite par les conflits et la menace de famine, d’autre part.

Cette résolution condamne fermement, entre autres, les violations du droit international humanitaire, telles que l’entrave intentionnelle de l’acheminement des aides humanitaires, a relevé Omar Kadiri.

Il a noté que comme le prévoit le paragraphe opérationnel 9 de cette résolution, le Conseil de sécurité doit adopter des sanctions contre les personnes ou entités responsables des détournements des aides humanitaires et qui font obstacle à l’acheminement, à la distribution ou à l’accès à cette aide.

Le diplomate marocain a, par ailleurs, jugé opportun de renforcer le rôle de la Commission de la consolidation de la paix (PBC) pour faire de la sécurité alimentaire un élément central de la consolidation et de la pérennisation de la paix, en tenant compte des spécificités des pays concernés, et en mobilisant les efforts nécessaires à cette fin.




Le représentant permanent adjoint du Maroc auprès de l’ONU, Omar Kadiri, a, de même, souligné que la sécurité alimentaire et la durabilité des systèmes alimentaires sont des priorités stratégiques pour le Maroc aux niveaux national, régional et international.

Il a signalé que ces priorités sont au centre de la coopération Sud-Sud du Maroc avec les pays frères, notamment africains, conformément aux orientations du roi Mohammed VI.

Il a rappelé que le Maroc a lancé, à l’initiative de sa majesté, à l’occasion de la COP22 qui s’est tenue à Marrakech, l’Initiative triple A pour l’adaptation de l’agriculture africaine au changement climatique.

Il a ajouté que l’initiative triple S, vise, de son côté, à soutenir la durabilité, la stabilité et la sécurité en Afrique à travers le vecteur de l’agriculture.

De même, lors du Sommet africain pour l’action, organisé en marge de la COP22, trois commissions Climat ont vu le jour en Afrique pour lutter contre le changement climatique – contributeur principal à l’insécurité alimentaire –, a-t-il indiqué.

Il a ajouté que le Maroc accompagne politiquement, financièrement, et techniquement la mise en œuvre effective de leurs mandats importants.

Le représentant permanent adjoint du Royaume du Maroc à l’ONU a, en outre, fait remarquer que dans le cadre du renforcement de la sécurité alimentaire en Afrique, le Maroc alloue des millions de tonnes d’engrais, adaptés aux sols et aux cultures africaines, au continent depuis plusieurs décennies.

Il a relevé que le Maroc consacre en 2023, plus de 4 millions de tonnes d’engrais aux agriculteurs africains, soit plus que le double de 2021, apportant ainsi un soutien à plus de 44 millions agriculteurs africains, y compris à travers des millions de tonnes d’engrais dans d’autres régions.




Le Maroc poursuit également la mise en œuvre de son programme à grande échelle pour aborder la sécurité alimentaire en Afrique à travers une approche scientifique et holistique, a-t-il encore indiqué.

Il a précisé que l’action du Maroc vise à mobiliser et aligner les ressources gouvernementales, les partenaires au développement, et le financement du secteur privé pour libérer le potentiel de production alimentaire de l’Afrique à travers la coopération Sud-Sud et triangulaire, en vue de mettre fin à l’insécurité alimentaire, et ainsi prévenir des conflits potentiels.

Et de souligner que le Royaume du Maroc réitère son plein soutien au Secrétaire général pour la mise en œuvre du groupe de réponse à la crise mondiale sur l’alimentation, l’énergie et les finances , tout en appelant à une solidarité internationale agissante pour mettre fin aux menaces graves que font peser la faim et la sécurité alimentaire dans plusieurs régions du monde, notamment en Afrique.

Le diplomate marocain a, par ailleurs, relevé que le monde traverse actuellement une multitude de tensions qui ont exacerbé une crise multidimensionnelle – alimentaire, énergétique, climatique et financière – qui impacte particulièrement les pays et les économies les plus vulnérables, notamment en Afrique.

Pour Omar Kadiri, cette situation exige une réponse collective qui soit à la fois humanitaire, favorable au développement et axée sur la paix, ainsi qu’un renforcement du nexus paix et sécurité alimentaire, avec un accent particulier sur la prévention.