mardi, mars 5, 2024
InternationalNationalSociété

ONU: Staffan de Mistura va présenter un rapport sur le Sahara au Conseil de sécurité

Spread the love

ONU : STAFFAN DE MISTURA MISTURA PRÉSENTE, EN AVRIL, UN RAPPORT SUR LE SAHARA AU CONSEIL DE SÉCURITÉ

Le diplomate italo-suédois, ancien membre du gouvernement italien et actuellement fonctionnaire des Nations Unies Staffan de Mistura est en train de préparer son rapport qu’il va présenter, en avril prochain, devant les membres du Conseil de sécurité. C’est ce qu’a indiqué le porte-parole du secrétaire général de l’ONU.




Le rapport que va présenter Staffan de Mistura est consacré à l’évolution de la situation politique et de la situation militaire au Sahara marocain entre octobre 2022 et avril 2023.

Le diplomate italo-suédois «poursuit son engagement auprès de toutes les parties concernées pour progresser vers une solution juste, raisonnablement durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara occidental, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité», a précisé Stéphane Dujarric en réponse à une question sur le différend régional.

L’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara marocain poursuit son engagement auprès de tous ceux qui sont concernés pour progresser vers une solution juste, raisonnablement durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, et en vue de son prochain exposé au Conseil en avril.




À la fin de cette semaine, Staffan de Mistura participera à la Conférence de Munich sur la sécurité, où il prévoit de mener de nouvelles consultations à cet égard en marge de l’événement de Munich qui s’est ouvert, vendredi 17 février.

Pour rappel, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unis avait rencontré, en décembre à Rome, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

Pour sa part, le chef de l’Organisation des Nations unies, António Guterres, avait abordé la question du Sahara marocain, le 24 novembre à Rabat, avec le roi Mohammed VI.

Lors de ces entretiens, le souverain avait réaffirmé au Secrétaire général des Nations unies «la ferme position du Royaume du Maroc pour régler ce différend régional, sur la base de l’initiative de l’autonomie, dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume».