mercredi, avril 17, 2024
InternationalNationalSociété

Affaire Pegasus: l’avocat du Maroc en France fustige les accusations

AFFAIRE PEGASUS: UN AVOCAT FRANÇAIS FUSTIGE “DES ACCUSATIONS FANTAISISTES” PORTÉES CONTRE LE ROYAUME DU MAROC

Aucun élément technique n’a pu mettre en lumière les accusations “fantaisistes” portées contre le Maroc sur l’utilisation présumée du logiciel Pegasus, a affirmé, à Rabat, Maître Olivier Baratelli, avocat du Royaume du Maroc auprès des tribunaux français, soulignant que «le Maroc est de manière évidente victime, depuis longtemps, d’une tentative de déstabilisation internationale”.

Olivier Baratelli Maroc Morocco





“Depuis 18 mois, nous attendons toujours le moindre commencement de preuve de ces accusations fantaisistes”, a fait observer Maître Olivier Baratelli.

L’ avocat du Royaume du Maroc auprès des tribunaux français a relevé que deux juges d’instruction ont été désignés sur des plaintes de différentes personnes, qui accusent le Royaume du Maroc d’avoir espionné leurs téléphones, mais “aucun élément technique ne vient mettre en lumière ces accusations”.

“Aucun des plaignants n’a été en mesure de fournir son téléphone et d’apporter la preuve que le logiciel l’aurait infecté”, a ajouté l’avocat français, dans une vidéo projetée lors d’une conférence débat organisée par le Parlement marocain et consacrée aux attaques hostiles, flagrantes et répétées contre le Royaume du Maroc ourdies au sein du Parlement européen (PE).

Le Maroc n’a eu cesse de dénoncer les “accusations fantaisistes, injustes et téléguidées” sur l’utilisation du logiciel espion Pegasus, a noté Maître Olivier Baratelli.

Il a fait savoir que le Royaume du Maroc a engagé 10 procédures pénales en diffamation contre 10 journaux qui ont propagé cette rumeur, sans fournir aucune pièce, ni document, ni attestation, ni témoignage.




Le Royaume du Maroc, sous le contrôle des autorités judiciaires françaises, a fait contrôler le “pseudo rapport” informatique d’Amnesty International par des experts informatiques agréés près la Cour d’appel de Paris, près le tribunal judiciaire de Paris et près la Cour de cassation, a expliqué Maître Olivier Baratelli,

Il a indiqué qu’aucun de ces experts informatiques n’a mis en lumière une quelconque infiltration par le logiciel Pegasus des téléphones des personnes soi-disant visées en France.

Le chef de la diplomatie israélienne, Yaïr Lapid, a démenti les accusations d’espionnage via le logiciel Pegasus contre le président français Emmanuel Macron, attribuées par un groupe de médias, au Maroc

En Espagne, des accusations ont été portées par un journaliste dénommé Ignacio Cembrero, qui avait dit, de manière péremptoire, que son téléphone avait été infiltré par le Royaume du Maroc, a poursuivi l’avocat français.

l a indiqué que cette plainte a été classée sans suite par le parquet de Madrid qui a “ausculté et dépiauté” le téléphone de ce journaliste dans lequel ne figurait aucune trace du logiciel espion.




“Ces accusations mensongères avaient été portées à tort dans le but de nuire à la réputation internationale du Royaume du Maroc”, par un journaliste considéré comme un ennemi déclaré du Maroc, a-t-il souligné.

“En Espagne, il a été judiciairement exclu l’utilisation par le Maroc de ce logiciel,” a indiqué Maître Olivier Baratelli, ajoutant que les investigations européennes n’ont rien pu démontrer à l’encontre du Royaume du Maroc.

Et de conclure : “Nous avons comme seule certitude dans le dossier que le Maroc est exempt de tout reproche mais qu’en revanche d’autres États européens ont utilisé le logiciel”.

La rencontre organisée par le Parlement marocain a examiné les soubassements de ces attaques systématiques et désormais assumées par leurs instigateurs.

Elle a été l’occasion d’aborder l’instrumentalisation de la question des droits de l’homme, les visées contre l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc ou encore l’exploitation sournoise de l’affaire Pegasus.



Affaire Pegasus: des personnalités dénoncent l’acharnement de médias français contre le Maroc